• Désir de vengeance (Partie 2)

    Et voici donc le 2eme chapitre! Bonne lecture!



    Je retournai donc à ma planque, plus déterminé que jamais. Estimant m'être assez reposé la tête, je me remis à chercher la troisième tomoe. C'est alors que quelque chose me sembla bizarre. Un souvenir semblait flou... Je pris le parchemin. Non... Ce n'était pas là...Je le reposai par terre, et je vis le dos. C'était au dos? Comment avais-je put le rater? Je lus l'inscription. Il était écrit que tous les stades n'étaient pas atteints de la même façon. Le troisième devait être provoqué. Alors je n'avait pas d'autre choix que de travailler mon taijutsu. Ce fut plus compliqué que je ne le pensais, mais tout de même plus simple que pour le Sharingan. En effet, le mental décuple le physique, mais rien ne décuple le mental, mis à part la volonté.

    Je put ainsi modifier mes exercices. Mes coups de poings étaient plus fluides, plus rapides et plus précis, mes coups de pieds aussi, je sautais de plus en plus facilement, je m'assouplissait, commençais des coups de pieds sautés au niveau de la tête, et même mon nouveau mannequin ne dura pas longtemps. Je finis par en tailler un en pierre, dont il m'arrive de me servir encore aujourd'hui. Évidemment, le choc était plus douloureux, mais j'apprenais aussi à supporter la douleur sur les os, la douleur musculaire ne me faisant plus rien depuis l'entraînement copié de Gai. En y pensant, je souris. Qui aurait pensé qu'un jour les cours de sport de Gai-sensei me serviraient à quelque chose?

    Au fur et à mesure, j'apprenais les bases de la manipulation du chakra pour le combat, décuplant ainsi mes forces et ma vitesse. J'appris à courir à une vitesse bien supérieure à celle de quelques jours auparavant. Je progressais très rapidement. J'étais ce que l'on appelle un génie du travail acharné. J'appris aussi à ressentir le chakra qui me traversait, à le concentrer dans les endroits les plus sollicités, augmentant encore ma puissance. J'avais pris une licence d'art martiaux, grâce aux soins des parents de Sakura, qui ne pensaient pas être généreux avec moi. Bien sur, Sakura n'en savait rien non plus. Ce jour là, je décidai de m'y rendre pour la compétition.

    Il y avait beaucoup de concurrents... Tous semblaient si forts... Aucun n'avait le Sharingan. Ce fut l'heure de me placer sur le tatami. J'écoutais attentivement le sensei qui nous arbitrait, de sorte de pouvoir être le premier à attaquer. Au dernier moment, je changeai de tactique. En effet, si j'attaquais tout de suite, je n'avais pas le temps d'activer mon Sharingan. Le combat fut lancé, mon adversaire se tenait à distance. Je fermais la main, laissant seulement mon index et mon majeur droits, puis je fermais les yeux pour me concentrer. Mon adversaire crut que c'était une erreur, et ce fut sa première erreur.

    Sa deuxième fut d'essayer de frapper après que mes Yeux l'aient vu. Il se retrouva immédiatement à frapper dans le vide, j'étais déjà de l'autre côté. Je lui tapota l'épaule, décidant de me moquer de lui jusqu'au bout. Il tenta un coup de pied en arrière, et eut la surprise de ne rien trouver derrière lui. J'étais déjà revenu. Je lui retapai l'épaule. Il se retourna, en ayant déjà assez de frapper dans le vide. Un coup de pied dans le menton le projeta aussitôt en l'air, puis un autre le poussait légèrement sur le côté, un autre de l'autre côté, un autre encore le fit tourner légèrement sur lui même, et enfin, le dernier le projeta sur le sol, qu'il semblait n'avoir pas toucher depuis longtemps. J'appelais cet enchaînement le Shishi Rendan, la Fureur du Lion.

    Bien sur, je gagnai le combat. Un des responsable du dojo me demanda d'éviter les coups trop dangereux. En effet, ce coup avait failli le tuer. Je souris. Peut être tuerais-je mon frère ainsi? Il suffisait que sur l'avant dernier coup, je fasses basculer sa tête du côté du sol... Je finis le tournoi et le gagna sans même avoir à me servir du chakra, mis à part pour mon Sharingan. Je sortis avec une coupe. Un sourire étira mes lèvres. En effet, l'orgueil commençant à me titiller le nez, j'avais eu une idée...

    Je me rendis chez Sakura, suivit par mon serpent, et je frappai à la porte. Sa mère m'ouvrit et sourit.

    "Bonjour madame. Est-ce que Sakura est là?
    -Oui. Entre, Sasuke. Je l'appelle. Sakura! Il y a Sasuke!
    -Fais le monter! fit une voix lointaine.
    -Et bien vas-y, monte. Tu connais le chemin."

    Je montai donc. Un toc toc à la porte, et j'entrai, entendant sa voix me répondre.
    "Quand on frappe, on attend la réponse, normalement.
    -Oui, mais tu allais dire oui quelques dixièmes de secondes plus tard. N'est-ce pas?
    -Je vois que tu maitrise ton Sharingan.
    -Oui, et pas seulement. dis-je en sortant la coupe de mon sac. Je m'initie aux arts ninjas, et ça me réussit très bien!
    -Une coupe en arts martiaux?
    -Oui.
    -T'avais une licence?
    -Je pense que c'est ça... ironisai-je...
    -Et bien... Félicitations!
    -Tiens. Sans toi j'aurais pas put l'avoir, rappelai-je en me retenant de rire.
    -Mer... Merci Sasuke...
    -De rien"

    Je partis un peu plus tard, évidemment suivi par la rose. Elle voulait voir ce que je savais faire. Je lui proposai une course jusqu'au dojo, qu'elle accepta, sans que je comprenne. Je concentrai mon chakra dans mes jambes, prêt a courir. Elle donna le top départ. En dix secondes, j'avais atteint l'objectif. Je retournai donc vers ma concurrente qui n'avait pas fait plus de 200 mètres. Je rigolais et je dis que j'avais gagné. Je la fis partir devant, pour reprendre MS dont elle ignorait encore l'existence. Une fois au dojo, je me décidai à lui montrer. Elle s'évanouit de frayeur. Maïto Sharingan s'avança vers sa tête et ouvrit sa gueule pour la poser sur son front. Je crus voir une sorte de filet vert passer du serpent à la rose... Il remonta sur moi et je compris. Sakura se releva quelques secondes plus tard. C'était ce qui s'était passé avec ma blessure sur la côte.

    Après de rapides explications et une fois qu'elle avait repris connaissance, nous pénétrâmes dans le dojo. Je demandais un pantin le plus réaliste possible, y comprit au niveau du poids et de la résistance. Je le plaçai sur un des tapis et activai mon Sharingan, qui me permettait de voir plus clairement ce qui m'entourait. Je me tournai vers Sakura, lui présentant mon coup, sans dire le nom. Je décidai de tenter de la manière dont je projetais de le faire avec Itachi. Je le projetai donc en l'air et fit mon enchaînement, sauf que sur le dernier coup, qui fut accompagné du cri "Shishi Rendan!", se fut sa tête qui fut projetée en premier sur le sol. Le choc fut nettement marqué. Je précisait que je n'avait pas tapé trop fort de peur de le casser. Sakura resta ébahie, et j'en profitais pour faire encore le beau, rajoutant que c'était moi qui l'avait créé.

    Je la raccompagnai chez elle et je partis. Ce soir là, je m'endormit avec une nouvelle idée en tête. Si j'étais capable de me servir de mon chakra, je devais pouvoir utiliser des techniques de Ninjutsu ou de Genjutsu. Décidément, Sakura commençait à me voir de plus en plus souvent...

    Le lendemain, je me dirigeai vers sa maison et constatai que personne n'était là... Elle avait cours... Je me mis en tête de trouver un endroit d'où je pourrais me servir d'internet. Je ne trouvai pas. Tant pis, je reviendrais le soir. En attendant, j'allais aller en cours. Pourquoi pas? Après tout, tant qu'à s'ennuyer, autant s'ennuyer au lycée. Je me retrouvai donc en quelques secondes devant Konoha High School.

    J'entrai et allai dans ma salle de cours. J'étais arrivé juste avant la sonnerie. Cela me fit sourire... Avant je me plaignait de ne pas pouvoir me lever après 10 heures, maintenant, je me levais au lever du soleil, et sans que personne ne m'y oblige. La vie est un ensemble de paradoxes... J'allai dans ma salle de cours. Tout le monde me demanda comment j'allais, je ne répondis à personne. Je m'assit derrière Naruto et le saluai rapidement. Bien sur, mon professeur me demanda pourquoi je n'avait pas assisté au cours pendant si longtemps. Je mourrais d'envie de lui dire que c'était parce que son cours sur les vecteurs était nul, mais je me retins et me contentai de lui demander s'il était au parfum du massacre Uchiha. Il remit ses lunettes et commença son cours.

    A la récréation, je cherchai Sakura. Je finis par la trouver au CDI.
    "'lut.
    -Sasuke? Je désespérais de te voir un jour revenir en cours!
    -C'est pour passer le temps en attendant ce soir. Je viendrai chez toi faire des recherches.
    -Et pourquoi tu les fais pas ici?
    -Hein? Ah ouais... Pas mal... Bon ben je passerai pas ce soir alors.
    -Oh... Euh... T'es sur?
    -Non, mais je pense pas, à moins que le contrôle du lycée empêche l'accès a mon site...
    -D'accord. *Pourvu que ça soit bloqué!*"

    Je me postai donc devant l'ordinateur et entrai l'adresse web du site. Ça marchait. Je pris ce dont j'avais besoin pour le moment et quittai en prenant soin de supprimer l'historique. Puis je sortis du lycée. Pas de problèmes. MS, qui m'attendait à l'entrée, me monta sur la jambe et sur le bras pour regarder ce que j'avais pris. Étrangement, j'avais l'impression de le comprendre à la manière dont il bougeait et sifflait. Surement grâce au Sharingan. Et ce que je compris, c'est qu'il approuvait mes choix, mais que ça n'allait pas être facile...

    Nous reprîmes le chemin du mont des Ermites. Une fois arrivés, je relus les papiers, et je fis mon choix. D'après ce que je savais, les Uchiha avaient tous un chakra Katon, c'est à dire de type feu. Lorsqu'ils le maîtrisaient, ils étaient considérés comme des hommes. Sinon, ils restaient des enfants jusqu'à y arriver. C'était ce qu'il me fallait. La technique Katon qui servait de test, je l'avais là, et c'était le Gokakyu no jutsu. Cette technique consistait à souffler du chakra malaxé pour en faire une boule de feu. Mais ce n'était pas simple. Il fallait que je réussisse un certain nombre de signes avec les mains, dans l'ordre, puis que je souffle le chakra Katon.

    Alors je commençai les sceaux, comme cela s'appelle. Serpent, Bélier, Singe, Sanglier, Cheval, Tigre... Placer les mains de cette manière n'était pas facile. Je m'aidai de mon Sharingan pour gagner en précision. Il me fallut facilement deux heures pour en placer trois dans l'ordre en y passant le chakra, avec la vitesse nécessaire. Je recommençais mes exercices de taijutsu, pour me reposer le cerveau. Je travaillais, mais j'avais l'impression de perdre mes forces rapidement. En fait, l'utilisation du chakra pour les signes m'avait vraiment affaibli. De plus, je n'arrivais plus à utiliser mon Sharingan. C'est ainsi que j'appris que ma réserve de chakra n'était pas illimitée. Il fallut donc que je m'en contente. Je continuais à frapper. Je pensai à Itachi. Cela me redonna de la force et je pus continuer. Je sentais mon poing heurter la pierre, je sentais mes os craquer, je sentais ma chair s'ouvrir... Je continuais quand même. Je ne pouvais pas me permettre de me ménager tant que je n'étais pas vengé.

    Finalement, je ne choisis pas. Mes yeux se fermèrent tous seuls, mon corps s'alourdit, et je m'endormis, malgré tous mes efforts. Lorsque je me réveillai, il faisait nuit. Je n'avais aucune idée de l'heure. Alors je retournai dans ma grotte et je m'assis par terre. Je fermai les yeux. Ma tête me faisait mal. MS était parti je ne savais où, probablement chercher de la nourriture. Je pris mes notes et sortis pour les lire à la lueur de la lune et des étoiles. Le chakra... Il ne pouvait pas me faire défaut maintenant. C'était le moment où j'en avais le plus besoin. Je me concentrai donc, et ressentis à nouveau le chakra. D'où pouvait-il venir? A peine quelques heures avant, je n'en avais plus assez pour tenir debout!

    Je repris donc mon entraînement, dans la douceur de la nuit. Enfin reposé, je pus enfin réussir tous les signes, sans exceptions, et dans l'ordre. Je recommençai donc, cette fois en y passant le chakra. Je réussit, et j'expirai le chakra Katon de ma bouche. Une petite flammèche sortit de ma bouche, bien que j'eus l'impression d'en souffler une grande quantité. Il fallait que je malaxe plus de chakra. Je recommençai donc, une fois de plus, essayant de malaxer de plus en plus de chakra. Certes, la flamme était de plus en plus grande. Mais j'étais encore loin de faire une flamme assez grande pour être utile. Le matin se leva. Je n'eus jamais aucune idée du temps pendant lequel je travaillai. Juste, il me semblai court. Le lever du soleil accompagna ce que je considérai comme une défaite. Une fois de plus, vidé de toute force, je m'aplatis par terre.

    Sans avoir la force d'ouvrir les yeux, je sentis un corps glisser sur mon dos. Maïto Sharingan... Je ressentis la sensation que j'avais eu le jour où il avait passé la tête dans mon T-Shirt. Je rouvris les yeux. MS sortit de sur mon dos, me permettant ainsi de me retourner. Je pus ainsi le voir expulser ce fameux chakra vert, et je retrouvai mes forces, petit-à-petit. Je souris et le remercia, et je crus comprendre que ce n'était pas grand chose... Encore une fois, je repris mon entraînement là où j'en étais. Les flammes grandissaient encore, et plus elles grandissaient, plus elles prenaient une forme arrondie. Au bout de plusieurs jours, passés à manger, frapper et souffler, récupérant mon chakra simplement en dormant, je réussit à souffler des boules qui faisaient jusqu'à cinq mètres de haut.

    Je décidai de m'offrir un peu de bon temps, je l'avais bien mérité. Je me rendis donc chez Sakura, espérant qu'elle pourrait venir avec moi quelque part. Elle accepta et me demanda où je voulais aller. En fait, je n'en savais rien. Je voulais juste m'amuser un peu, et je lui faisait confiance pour le reste. Je lui dis donc qu'elle n'avait qu'à choisir.

    Alors elle appela un peu tout le monde. Évidemment, tout le monde fut heureux de me revoir. Ils me demandèrent ce que je devenais. Lorsque je leur dis que je devenais un ninjas, tous se moquèrent. Sauf Naruto, Sakura et Shikamaru. Naruto et Sakura, je compris. Naruto me faisait confiance, et Sakura était au courant. Mais je demandai à Shikamaru pourquoi il ne rigolait pas comme les autres. Il me répondit simplement que je ne le dirais pas si je ne pouvais pas le prouver, et que de toute façon, il y avait bien eut des ninjas, avant. Alors pourquoi pas maintenant? Je souris. Les autres restèrent sceptiques. Neji me regarda d'un air hautain et me demanda, justement, de le prouver.

    J'activai mon Sharingan et tout de suite, tout le monde fut bouche bée. Neji, ne voulant pas perdre la face, dit que cela ne prouvait rien. Avant qu'il n'aie fini de parler, j'étais derrière lui et je le tenais par le coup, prêt à lui briser la nuque. Cette fois, il avait compris la leçon. Je souris et lui expliquai que si il ne me croyait toujours pas, je pouvais lui montrer autre chose. Je le lâchai et commençai a m'éloigner. Tout le monde me suivit. Je leurs dit bien de rester derrière et j'activai mon Sharingan.

    "Katon, Gokakyu no Jutsu!"

    Je soufflais autant de chakra que je le pus, et la boule fut plutôt impressionnante. Ino me regardait avec admiration, et je voyais Gaara qui en était jaloux. J'eus une petite idée.

    "Ino!
    -Ouiii?
    -Rapproche toi un peu..."

    Elle jubilait, et je voyait Gaara de plus en plus en colère. Elle se plaça juste en face de moi, et je murmurai le nom de mon petit serpent, qui sortit de mon T-Shirt par le col et fit tellement peur a Ino qu'elle se retrouva en train de tomber en arrière. Comme prévu, ce fut Gaara qui eut le réflexe de la rattraper. Elle se retrouva donc dans ses bras et elle ne pensait même pas à reprendre l'équilibre. Le regard embarrassé du pauvre roux la fit sourire, et lui ne put s'empêcher de lui dire qu'il l'aimait, ce qui fit rire tout le monde mais qui, paradoxalement, fut récompensé par un petit bisou au coin de la bouche, qui lui en promettait d'autres plus tard. Je fis rapidement les présentations et leur montrai son Sharingan. Ils étaient tous, une fois de plus, ébahis...

    Finalement, je rentrai "chez moi", mais cette fois, accompagné par Naruto. Je lui montrai ainsi la grotte et ainsi, il put savoir comment venir. Mais il fut averti, il ne devait le dire a personne, et SURTOUT PAS à Sakura. Je la voyais très bien arriver n'importe quand et m'empêcher de travailler... Je fis dormir Naruto sur une sorte de paillasse d'herbes sèches tressées, et moi je dormis dehors. Le lendemain, je ramenai Naruto, sur mes épaules pour que cela aille plus vite, et je me penchai sur ma prochaine technique...



    Voilà! Cette fois, l'image, comme c'est écris, c'est le Gokakyu no Jutsu (J'ai pris le screenshot dans les souvenirs de Sasuke...) Je crois que la version française, c'est la boule de feu suprême ou un truc comme ça.

    votre commentaire
  • Désir de vengeance (Partie 3)

    Voici donc le chapitre 3. Read this, and say me what you think of it!



    Le Chidori (Les Milles Oiseaux, ou Le Sang Des Oiseaux). C'était mon nouvel objectif. En fait, il s'agissait d'une technique tout à fait différente. Pour cela, il fallait utiliser du chakra Raiton, c'est à dire, de nature Foudre. J'avais du Katon, mais avais-je du Raiton? J'allais bien finir par le savoir. De toute façon, je n'avais rien à perdre. Le temps ne m'était pas compté. Pourtant, il fallait bien que je finisses par y aller... Ce n'était pas urgent, mais quand même...

    Je regardai donc les autres techniques, à base de Katon pour la plupart, toujours sur le même principe que le Gokakyu mais en dosant un peu plus précisément... Rien de bien intéressant, en y repensant. C'est pourquoi le Chidori allait être mon nouvel objectif. Avant tout, il fallait que je sache si mon chakra était Raiton ou pas. Aucune difficulté, j'avais trouvé ce qu'il me fallait pour préparer des papiers spéciaux, qui réagissaient en fonction du chakra. J'en pris un, fit passer mon chakra dedans, et attendis. Elle se brûla, ce qui signifiait Katon. Je réessayai. Même chose. Mais encore une fois, quelque chose me sembla bizarre... J'activai mon Sharingan, et renouvelai l'expérience. Mes soupçons furent confirmés. La feuille ne faisait pas que se consumer. Elle commençait à se froisser, et après, elle brulait. Mon chakra faisait donc bien du Raiton. Pas de problèmes. Je commençait les signes: B½uf, Rat, Singe. C'était beaucoup plus simple. J'y arrivai sans problèmes. Mais concentrer le chakra dans ma main me fit atrocement mal. Plus que tout, j'avais l'impression de détruire ma peau, ma chair, mes os... Je sentais de l'électricité voler dans tous les sens mais la puissance de la douleur m'empêchait d'ouvrir les yeux. Je l'arrêtai, et découvris avec stupéfaction que ma main était brulée.

    Je ne compris pas... Comment cette technique avait elle put être utilisée alors que même avec une résistance béton, elle était insupportable? Étais-je si faible que cela? Non! Je ne pouvais pas! Il fallait que je résiste. Alors je recommençai. B½uf, Rat, Singe... Je ressentis la douleur monter, mais continuai de concentrer mon chakra dans la main. C'est seulement là que je compris. Cette fois, n'ayant pas fermé les yeux, j'avais vu une sorte de flamme au milieu de l'électricité. La difficulté était au moins deux fois supérieure au Gokakyu, puisqu'en plus, il fallait que je fasses la différence entre le chakra Katon et le Raiton... Sinon, le Katon me brulait la main. Comment pouvais-je faire la différence entre deux sortes de chakra alors que j'avais déjà du mal à ressentir l'ensemble du chakra? Il me fallut plusieurs jours pour y arriver. En fait, ce qui me fit comprendre, c'était la température du corps. Personne d'autre que moi ne pouvait la ressentir. Mais moi, je commençais à sentir la chaleur du feu a certains endroits de mon corps. La question restante était, simplement, comment ne déplacer que la partie dont j'avais besoin? Et me revoilà parti pour quelques jours supplémentaires, au cours desquels Naruto me rendit visite.

    Il était venu pour vérifier que je ne me surmenais pas. Je lui assurai que non, ce qui était un énorme mensonge. En effet, je passait tout mon temps à m'entraîner. Je n'avais rien d'autre à faire. Il me proposa d'aller manger des ramens chez Ichiraku. Je rigolai et lui dit que je n'avais pas d'argent. Il me fit un clin d'½il malicieux et me dit que la concierge en avait, elle et qu'elle était d'accord pour en donner un peu au descendant de la grande famille Uchiha. Je rigolai une fois de plus et finis par y aller. Nous mangeâmes donc en parlant de nos vies actuelles respectives. Lui avait toujours des notes entre 12 et 13, mais il s'était encore fait collé parce qu'il avait essayé de caricaturer la prof de langue... entrainant comme d'habitude Neji et Kiba, qui avaient aussi essayé, suivant l'exemple de l'ami de l'ex rebelle de la classe. Sauf que le rebelle en question ne semblait pas vouloir revenir en cours, et préférait plutôt contrôler son chakra... Je fus content d'avoir de ses nouvelles. Malgré les apparences, j'aime parler a mes amis. Seulement mes vrais amis.

    "Et tu comptes rester dans ces montagnes encore longtemps?
    -Je sais pas...
    -Parce que ça fait déjà deux mois que t'es là bas...
    -Deux mois déjà?
    -Ben... Oui...
    -Alors ça fait deux mois que mon baka de frère me nargue et cours je ne sais où avec ses potes?
    -Euh... Avec des potes?
    -Ouais... Ils se baladent tous avec un T-shirt noir avec des nuages rouges...
    -°___° L'A... l'a...
    -Qu'est-ce que t'as?
    -C'est... l'Akatsuki?
    -C'est quoi encore cette histoire?
    -Il y a eu des problèmes depuis que t'es parti... Un gang, l'Akatsuki, s'est amusé avec pas mal de trucs... Et d'après les témoignages, leur chef manierait un katana ancien...
    -Itachi... Je te tuerai!"

    Je partis, laissant là Naruto, et étant plus déterminé que jamais. C'est armé de cette détermination que je réussis à contrôler les types de chakra que je ressentais. Le Chidori devint aussitôt beaucoup plus facile. Mais, conformément à la note en dessous des explications, je ne le refit pas. Il fallait savoir se limiter, car l'utilisation de cette technique pouvait se révéler, a trop forte dose d'utilisation, fatale. Mais c'était extraordinaire. Ma main, bien que subissant des dégâts mineurs, semblait pouvoir passer au travers de tout et n'importe quoi...

    "*Itachi, encore quelques jours et je viendrais vous griller, toi et tes "Akatsuki", puisque c'est ainsi que tu veux les appeler!*"

    A un détail prés. Il fallait que je trouve comment faire apparaître la dernière tomoe, et ce n'allait pas être simple, puisque ce n'était pas la même chose que pour les autres... Je me dirigeai donc vers Konoha High-School et, feignant de me rendre en cours, je m'arrêtai au CDI. Après une petite demi-heure de recherches, j'abandonnai, n'ayant pas la patience de chercher. Il fallait que je trouve Sakura. Je me rendis donc a la Vie Scolaire (qui aurait mieux porté son nom si c'eut été la Mort Scolaire, vu l'ambiance qui y régnait...) et demanda les secondes 12A. Sakura était donc en 731. J'y arrivai en quelques secondes a peine, puis je frappai.

    "Entrez!
    -Bonjour, sensei. Mikami-sama souhaiterait parler avec Mlle Haruno Sakura. Elle est bien ici?
    -Oui. Sakura, vous pouvez y aller.
    -Hai, sensei."

    "Qu'est-ce qu'il se passe? T'as un problème?
    -Il me faut tout ce que tu as sur le Sharingan. Il faut absolument que j'arrive au troisième stade!
    -Hm... Je crains que ce ne soit pas simple... Je ne gardes pas ce genre de trucs sur moi, et je n'ai aucune idée de l'endroit ou je l'ai mis...
    -Alors je viendrai chercher dans ta chambre.
    -Mais ça va pas, non? Ya des trucs persos dans une chambre de fille!
    -Si tu crois que ça m'intéresse, t'es a mi-chemin entre le tort et le tort...
    -Très drôle! Je refuse! Je chercherai toute seule, comme une grande, ce soir.
    -C'est maintenant que j'en ai besoin!
    -... Bon ben j'ai pas le choix alors. Attend moi là."

    Elle retourna dans sa classe, et, utilisant je ne sais quelle excuse, elle revint avec ses affaires et nous sortîmes du lycée. Une fois chez elle, nous commençâmes les recherches. Sa chambre était vraiment grande. Ma vitesse ne me fut d'aucune utilité, vu qu'elle me mit dehors lorsque, par erreur, j'étais tombé sur ses serviettes! (Elle est en train de me dire d'effacer ça, je n'en ai aucune envie...) Je sortis donc de sa maison. MS, jamais loin, me remonta dessus. Sakura redescendit enfin, une dizaine de feuilles dans les mains. Je lui demandai si son exposé était vraiment sur les vieilles légendes ou si c'était exclusivement sur le Sharingan. Elle me répondit que c'était sur les vieilles légendes, mais que, l'histoire du Sharingan l'ayant passionnée, elle avait approfondit dessus. Je la remerciai, et, sans que je comprenne ce qu'il m'arrivait, elle m'embrassa, comme si nous sortions ensemble depuis toujours...

    "Ne perd pas... Je t'en supplie...
    -Euh... Je... Euh... dis-je confusément.
    -Si tu perds, je ne m'en remettrai pas...
    -P... Pourquoi tu...
    -Chut... Promets moi... S'il te plait...
    -Euh... Bien sur que je ne perdrai pas, mais... Je... Enfin... tu... pourquoi t'as fait ça?
    -Parce que j'y tiens. Tu a l'air si déterminé... Je sais que je ne pourrais pas t'arrêter, alors je prie le ciel que ce soit toi qui gagne...
    -Non... Je parlais du... hésitais-je avant de poser mes doigts sur ma lèvre
    -Ah... Je... Je suis désolée... Je...
    -N'en dit pas plus... Je ne peux pas. Pas maintenant... Quand j'en aurai fini seulement..."

    Je partis, troublé. Si je m'y était attendu à celle là... Qui aurait cru qu'elle pouvait être amoureuse de moi? Et moi? Qu'avais-je fais contre elle? Rien. Je lui avait même fait entendre que ce serait possible plus tard... C'était impossible. La pluie choisit ce moment pour tomber. Comme si qu'elle elle me prenne la tête ne suffisait pas! Il fallait que je l'oublie, au moins pendant qu'Itachi n'était pas mort. Ces pensées m'occupèrent tellement que je me trompai de chemin pour rentrer. MS me frappa légèrement, puis, voyant que je ne réagissait pas, il ouvrit sa gueule et la posa sur ma côte, mais au lieu de me soulager, le filet vert me fit comme un électrochoc. Je tombai, et criai un coup. MS partit. Je me relevai avec difficulté, et fit demi-tour, ne sachant pas où était parti mon serpent. Pour en rajouter encore, il s'était enfuit... Je repartis pour le mont. J'étais déchiré.

    "TOUT ÇA C'EST DE TA FAUTE! T'AS POURRI MA VIE! JE TE JURES QUE JE TE TUERAI! JE VAIS TE TUER! CE N'EST PLUS LES PARENTS QUE JE VEUX VENGER! C'EST MOI! JE VAIS ME VENGER! TU VAS PAYER, ITACHI! ET CE JOUR LÀ SEULEMENT, JE REDEVIENDRAI MOI MÊME!"

    Avec toute ma rage, je ne pouvait pas faire quoique ce soit d'efficace pour mon entrainement. Alors je retournai au club d'arts martiaux. Je demandai le plus grand, dur et lourd mannequin, et, cette fois, de toute ma force, je lui fit mon fameux Shishi Rendan, et sa tête s'écrasa avec force sur le sol, faisant sauter des éclats de bois. Pourtant, le mannequin était en acier trempé. En fait, le coup avait été si puissant que la tête avait passé le tapis pour heurter le bois en dessous. Le mannequin avait perdu sa forme. Mais au lieu de m'arrêter, je décidai de continuer. Je continuais de frapper, le tordant à chaque fois un peu plus, si bien que quelqu'un vint me voir et me demanda d'arrêter, de peur de réduire toute la salle en miette...

    Je retournai donc au mont des Ermites, cette fois sans me tromper. A ma plus grande déception, Maïto ne s'y trouvais pas. Où pouvait-il bien être? J'en avais assez. Il fallait en finir. Il fallait que je trouve un moyen de le trouver et de le tuer. Lui faire payer... Payer... En aurais-je le courage au moment venu? Pour la première fois depuis longtemps, je doutai... Étais-je assez courageux pour tuer? Pour ôter la vie? Priver quelqu'un de tout ce qu'il pouvait devenir? Mais oui. Lui, je pouvais. J'étais vraiment fort, j'étais obligé de gagner...

    Le lendemain, je me rendis au lycée. J'avais une idée. La seule chose que j'avais oublié, c'était que nous étions Samedi. Il était chez lui et ça m'arrangeait bien. Je frappai à sa porte. Une petite fille d'environ 7 ans vint m'ouvrir.

    "Bonjour monsieur. Vous êtes qui?
    -Je m'appelle Uchiha Sasuke.
    -Uchiha? C'est pas très gentil comme nom...*
    -Je suis un ami de Shikamaru.
    -Il dort, mais je peux aller le réveiller si vous voulez.
    -Merci beaucoup...
    -Shikayu.
    -Merci, Shikayu."

    Cinq minutes plus tard, des petits yeux me rouvraient la porte, Shikayu m'ayant laissé dehors. Il me fit monter dans sa chambre. Je lui racontai rapidement l'histoire avec Itachi, et je lui expliquai que je voulais me venger. Il me demanda pourquoi je venais le voir lui et pas quelqu'un d'autre. En fait, j'avais besoin de lui pour échafauder un plan. Il fallait que je le retrouve, mais je n'avais aucune idée de là où il pouvait se trouver. Shikamaru réfléchit, et me sortit un plan simple, auquel j'aurais très bien put penser tout seul. Lorsque je lui dis, il me dit que dans ce cas, je l'avais réveillé pour rien... Je rigolai, le remerciai, et quittai la maison.

    Suivant son idée, je me rendis au poste de police. Un monsieur attendait, tout seul, que quelqu'un l'appelle ou lui demande quelque chose... Je m'approchai.

    "Je peux faire quelque chose pour vous?
    -Serait il possible d'avoir des informations sur l'Akatsuki?
    -Je pourrai vous en donner quelques unes mais la plupart sont confidentielles.
    -Très bien. Alors, que savez vous de ce gang?
    -Et bien... Il semblerait que ses deux passes temps préférés soient le trafic de drogues et le pillage, avec assassinat.
    -Leur chef?
    -Assez grand, brun, les cheveux longs attachés, il se balade avec un katana des temps anciens. Il semble particulièrement cruel.
    -*Itachi...* Est-ce que vous savez où ils se basent?
    -Bien sur que non! Sinon on les aurait déjà arrêtés!
    -Faux. Je ne vous crois pas. Je le vois dans vos yeux. Vous mentez.
    -Et bien oui, nous savons, mais nous ne pouvons pas nous permettre de le révéler.
    -Dans ce cas, pourquoi ne sont ils pas arrêtés?
    -L'administration ne nous a pas...
    -Hep! Ne mentez que quand vous en êtes capable, s'il vous plaît.
    -On a la frousse! D'accord?
    -Oh! Et bien il serait fâcheux pour vous que la presse apprenne que la grande police de Konoha, propriétaire de l'ancien symbole des Uchiha, a peur de faire justice...
    -Qu'est-ce que vous cherchez?
    -Leur planque. Où sont ils?
    -Je ne peux pas...
    -Où!? Le cabinet de presse et juste à coté, je vous rappelle.
    -... D'accord. Mais alors ne le dites à personne.
    -Très bien.
    -Rue Nakano, le vieil immeuble. Ils s'y retrouvent tous les jours.
    -Et ben voilà! C'était pas si dur que ça!
    -Eh! Un peu de respect petit!
    -Merci beaucoup. Au revoir."

    Nakano... Ce nom me disait quelque chose... C'était cité dans les papiers que Sakura m'avait donné. Je retournais les lire, et je retrouvais le passage concerné. "Son secret était gardé dans le temple Nakano, sous le septième tatami du côté droit. Ce lieu servait également de repaire pour les réunions secrètes des Uchiha, jusqu'au Grand Massacre des Corbeaux, où la plus grande partie du clan fut décimée. Il y résidait également un pouvoir encore plus grand. Le Mangekyō Sharingan, ou kaléidoscope hypnotique. Celui ci permettait, en plus des capacités du Sharingan, de maîtriser certaines techniques redoutables, telles que le Tsukuyomi ou l'Amateratsu."

    Lire ces lignes me firent bizarre... Le Grand Massacre des Corbeaux... Le symbole d'Itachi était le corbeau... Et il avait tué une grande partie de la famille... On aurait dit que l'histoire se répétait... Et cette histoire de Mangekyō Sharingan... Il aurait put m'être très utile... Mais je n'avais plus le temps pour m'entraîner, je devais l'affronter. Je me contenterais de mon Sharingan.

    Je me rendis donc rue Nakano, et je me postai à quelques dizaines de mètres de l'immeuble. Je sentis un contact familier sur mon pied. Sans regarder, je souris. Maïto Sharingan... Il siffla, comme pour confirmer ma pensée... Soudain il se dressa. Je sentis une présence derrière moi.

    "Eh! T'es qui, toi?
    -Sasuke.
    -Alors ça y est? Tu t'es enfin décidé a venir?
    -Hein?
    -T'es le frère d'Itachi, hein?
    -...
    -Je me présente. Je suis Deidara, et je suis chargé de t'emmener devant Itachi. Il avait prévu que tu finisse par venir."

    Je le suivis, surveillant ses moindres mouvements. En quelques minutes, je me retrouvais dans une sorte de salle du trône, dans lequel Itachi était assis.

    "Tu te prends vraiment pour un roi, enfoiré!
    -Moi aussi ça me fait plaisir de te revoir, petit frère.
    -Je suis venu pour venger tous les Uchiha du deuxième Massacre des Corbeaux.
    -Alors tu t'es renseigné? Que c'est beau de voir son frère prendre en maturité... Pein! Sort avec les autres et dit leur de boucler la rue. Qu'on ne soit pas dérangé.
    -Oui, Itachi-sama.
    -Et en plus ils t'appellent sama? C'est pitoyable...
    -Ne crois tu pas que tu t'attaques a plus fort que toi?
    -Ça dépend. Tu peux me battre, tu crois?
    -Je te signale que c'est toi le petit frère, et qu'en plus, c'est moi qui ai le katana...
    -Alors... Tu veux tenter ta chance?"



    Attention! Suspens! Le combat va bientôt commencer!

    Pour l'image, de moi, cette fois encore, c'est un Gif du Mangekyo Sharingan de Sasuke, que je me suis royalement réché... Mais comme il faut bien mettre une image...


    Note: Shikayu dit à Sasuke que Uchiha n'était pas un nom très gentil. Je crois que ça mérite des explications: Kana, l'éditeur de la version française de Naruto (entre autre), à traduit les Kanjis qui composent ce nom par Uchiwa, qui signifie éventail, en raison du signe des Uchiwas. Mais dans l'anime japonaise, on n'entend jamais Uchiwa, mais Uchiha, qui signifie Assassin. C'est la raison pour laquelle Shikayu trouve ce nom "pas très gentil".

    votre commentaire
  • Désir de Vengeance (Partie 4)

    Et voici la fin, le combat final... Que va-t-il se passer? Ben... En fait, il n'y a qu'a lire... Alors enjoy!


    "Alors... Tu veux tenter ta chance?"

    Nous nous fixions, chacun regardant l'autre avec mépris. MS sortit de mon jean et alla se placer plus loin dans la pièce, son instinct lui indiquant un danger. Je souris, et Itachi eut l'air de perdre un peu d'assurance. Il sortit nerveusement son katana, et me fonça dessus. J'activai mon Sharingan et l'évitai de justesse. Il réessaya mais je passais derrière lui. Ce n'était pas un amateur. Il manqua de peu à me mettre un coup dans le ventre. Je ripostai et le frappai au visage. Il s'étala par terre.

    "Si c'est tout ce dont tu es capable... me dit-il
    -Tu n'as encore rien vu!"

    Je me remis en position de combat. Il rigola et jeta son katana. Je ne marquai pas ma surprise, mais je n'en pensais pas moins. Il n'était pas avantagé, et pourtant, il jetait son arme. Ce devait être une ruse. Il ferma les yeux. Il leva son index et son majeur, comme je le faisais pour mon Sharingan. Voyant le désastre qui allait se produire, je sautais en arrière d'une bonne dizaine de mètres. Il cria "Amateratsu!" et des flammes noires jaillirent de l'endroit où j'étais quelques secondes auparavant, consumant le sol. Je profitai qu'il soit concentré sur sa technique pour commencer la mienne. Je n'avais pas droit à l'erreur. Serpent, Bélier, Singe, Sanglier, Cheval, Tigre. "Katon, Gokakyu no Jutsu!" "Mangekyō Sharingan, Amateratsu!" Les flammes noires apparurent au milieu des miennes, et celles-ci disparurent.

    "L'Amateratsu est un feu spécial. Il peut tout bruler, sans exceptions. Même du feu.
    -Ne crois pas que se soit déjà fini!"

    J'entendis une voie derrière moi.

    "Si. C'est fini"

    Je sentis le katana me passer prés du cou, mais celui ci s'arrêta. Le Itachi en face de moi disparut. Je me retournai, et Itachi, le vrai, cette fois, ouvrait grand les yeux, et semblait ne plus bouger. Je baissai les yeux, et je vis Maïto Sharingan qui avait la tête sur la jambe de mon frère. En effet, il semblait paralysé par la douleur. Mais grâce à lui, je put constater clairement l'évidence. Itachi avait bel et bien un Mangekyō Sharingan. Et il maitrisait au moins le taijutsu, l'Amateratsu et le Kage Bunshin. J'essayai de me rappeler des détails. Un clone d'ombre n'était pas une illusion, c'était un clone munit d'un corps et de son propre chakra... D'ailleurs, si un clone d'ombre apprenait quelque chose, l'utilisateur de la technique apprenait la même chose... Je sortis de l'emprise d'Itachi et dit à MS de le laisser. Il arrêta le passage du chakra et mon frère tomba.

    Je le poussai avec le pied. Il eut un tremblement et cracha du sang. Je me moquai de lui.

    "Ne ris pas avant d'avoir vu ce qui va t'arriver...
    -Tais toi! T'es vraiment pitoyable!
    -Crois tu que je me sois déjà donné?
    -Et moi?"

    Le temps que je finisse de parler, il me sauta dessus et frappa avec force dans mon ventre. J'encaissai le coup, puis les autres, n'ayant plus le temps de réagir. Son dernier coup de poing me fit voler et je m'écrasai contre un mur en criant de douleur. Comment était-ce possible? Même avec le Sharingan, je n'arrivai pas à suivre ses mouvements. Je voyais le coup mais ne réagissait pas assez vite.

    "Merde...
    -Je t'avais dit de ne pas me sous-estimer.
    -Hn...
    -Maintenant, j'ai décidé que tu allais mourir. dit-il en prenant son katana
    -N... Non... Je lui ai... promis... Je... ne dois... pas perdre...
    -Mauvaise réponse. Ce n'est pas le moment de penser à cette fille avec les cheveux roses!
    -C... Comment...
    -Je ne suis pas aveugle, au contraire. J'ai des yeux partout! Et crois moi, tu viens de signer son arrêt de mort, ou plutôt celui de ses parents, avant tout. Elle sera forcée de les voir mourir. Je prendrai tout mon temps pour enfoncer le katana dans chaque partie du corps, avant de les laisser agoniser en perdant tout leur sang petit à petit, et en les faisant suffoquer, une fois les poumons percés.
    -Salaud... Hn...
    -Et elle... Que ce sera beau... Tu imagines? Je pourrai la torturer en la faisant penser à toi. Et en lui coupant les orteils, le nez, les oreilles... Rien que d'y penser, je m'amuse"

    Il rit une fois de plus, mais cette fois, il n'attaqua pas. Il attendit que je me relève. "Maintenant, meurs!" Le katana s'avança avec puissance et je le prit dans la poitrine. Non... Je ne me l'était pas prit? Mais il recommença son mouvement. Exactement le même. Je sautai sur le côté et Itachi frappa dans le vide. "Comment..." A mon tour, profitant de sa surprise, je frappai, plus vite que je ne l'avait jamais fait. Il reçut son coup dans le menton, suivit de mon enchainement."Shishi Rendan!" Contrairement à ce que je pensais, il se releva. Avec difficulté mais il se releva. Il cracha a nouveau une giclée de sang, et il retomba à genoux. Il releva la tête. Son regard ne montrais plus de mépris, mais de la haine. Il n'arrivait plus à activer son Mangekyō Sharingan.

    "Je te tuerai, Sasuke. Je te le jure!
    -J'ai aussi crié ça lorsque j'ai vu la vidéo. Aujourd'hui, je vais accomplir ma promesse."

    B½uf, Rat, Singe. Je concentrai mon chakra dans la main, et je couru. Je savais que je n'avais jamais couru aussi vite, pourtant, le ralentit était impressionnant. Je vis ses yeux s'agrandir, et le Chidori le transperça. Il cria et s'effondra. Enfin... Je l'avais tué... J'avais vengé mes parents... J'avais vengé mes cousins... Je m'étais vengé. Et par dessus tout, j'avais protégé Sakura. Depuis qu'il avait parlé, mon objectif principal était devenu secondaire. Il ne devait pas la faire souffrir. Cet objectif était atteint, et celui de la vengeance aussi. Mais je réalisai. J'avais encore perdu un membre de ma famille. J'avais perdu mon frère. Autant qu'il m'ait fait souffrir, il restait mon frère. Une larme coula, d'abord sur ma joue, sur mon cou, et elle disparut dans mon T-shirt, sans même que j'essaye de l'arrêter.

    Maïto Sharingan me remonta dessus et s'installa sur ma tête. Nous sortîmes, et le fait de me voir debout suffit à effrayer les autres membres de l'Akatsuki. Ma première idée fut d'aller voir Sakura. Mais je me retins et partit vers l'orphelinat. Après avoir bataillé pour parler à Naruto alors qu'il faisait ses devoirs, je finis par réussir à rentrer. Naruto ouvrit sa porte, pensant avoir à faire a un des blaireaux qui lui servaient de voisins. Il retrouva le sourire en me voyant. Je me souviens très bien de ce moment. Il avait des maths étalés sur son bureau, laissant juste la place pour une tasse de cappuccino qu'il avait fait rentrer en douce. Il avait viré les vêtements qu'il avait sur son lit et on s'était assis dessus... Je lui avait rapidement raconté le combat avec mon frère, mes remords, et il m'avait dit de ne pas m'en faire. Sur ces bonnes paroles, il me proposa une sortie le soir, en douce comme d'habitude, histoire de me changer les idées. Je lui répondit que j'avais déjà quelque chose de prévu. Cette idée me fit sourire. Après avoir discuté une bonne demi-heure, je partis enfin et me dirigeai vers la maison de la plus belle fille du monde...

    Madame Haruno m'ouvrit, et elle appela sa fille. Sakura descendit, et lorsqu'elle me vit, un sourire s'étira sur ses lèvres. Elle sortit, ferma la porte et me sauta dessus.
    "T'es vivant!
    -Comment tu sais que je voulais le faire aujourd'hui?
    -Shikamaru parle beaucoup une fois lancé...
    -Ah la la... Mais oui. Je suis bel et bien là. Et j'en ai finis.
    -Tu dois être heureux...
    -Non... C'était mon frère, quoi qu'il ait fait.
    -Tu vois... La vengeance n'était peut être pas la bonne solution...
    -Oui... Mais bon... Qu'aurais tu fait à ma place?
    -Je ne sais pas... Je ne sais pas ce que ça fait...
    -Je te souhaite de ne jamais le savoir...
    -Ne refait jamais ça...
    -Je te le promets.
    -Arigato, Sasuke..."

    Je la pris dans mes bras. Je voulais lui dire que je l'aimais... Mais je n'en avais pas besoin... Le dire n'aurait été qu'un euphémisme par rapport à ce que notre contact, notre regard, notre sensation criaient plus fort que tout... J'effleurai ses lèvres, nos yeux se fermèrent, elle entoura ma nuque de ses mains, je posais les miennes sur son dos. Je me souviens encore mieux de ce moment. Cela fait partie des photos de l'esprit, dans lesquelles on se souvient du bruit, de l'odeur, des différentes sensations, du plaisir éprouvé... Son corps contre le mien... Je me sentais dans un nouveau monde... Plus que pour le Gokakyu, je me sentais devenir un homme, devenir puissant... Je sentais son parfum envahir mon nez, ses cheveux me frottaient doucement le front... Je reculai, et elle sourit. Elle me prit la main et me tira vers une destination qui m'était inconnue. Je me retrouvai donc assis par terre, près de cet ange au cheveux roses flamboyants dont l'étincelant regard était roussis par le soleil couchant, sous un cerisier en fleur qui annonçait les beaux jours.

    Elle était belle. Je ne pouvais plus penser a autre chose. Son regard ne m'avait pas séduit au début. C'était plutôt sa manière de me coller, de m'aider sans le savoir, de me motiver alors qu'elle n'était pas d'accord...C'était parce qu'elle était elle même. C'était parce qu'elle n'était pas parfaite. Mais il m'avait fallu ça pour voir le reste. Et en plus de son caractère, elle était magnifique. Je ne comprenais pas pourquoi elle avait honte de son front. Il mettait en valeur ses grands yeux, ce qui n'était pas vraiment moche...Si elle avait eu des ailes dans le dos, je n'aurais pas été surpris...

    Nous nous couchâmes dans l'herbe. Elle posa sa tête sur mon torse, d'où mon c½ur devait lui tambouriner sur l'oreille avec une force et une vitesse incroyable. Pourtant, elle resta dans cette position. Je la regardai faire en passant la main dans ses cheveux.
    "Sasuke...
    -Oui?
    -Arigato...
    -???
    -Parce que tu es revenu... Je ne te reconnaissait plus, mais maintenant, j'en suis sure... C'est bien toi...
    -Si il y a quelqu'un qui doit être remercié, c'est toi. Sans toi je serais mort.
    -Pourquoi?
    -C'est quand il a commencé a parler de toi que j'ai repris l'avantage. Je crois que ça a poussé les limites de mon Sharingan...
    -Fais voir... Hey! T'as bien les trois tomoes! C'est formidable!
    -Mais à quoi va-t-il me servir? Je n'ai plus besoin d'être un ninja, maintenant...Je ne suis plus utile a ce monde...
    -Si. Tu es même indispensable. D'abord comme ninja mais avant tout en tant que Sasuke Uchiha. C'est déjà énorme.
    -Tu crois?
    -Bien sur! Sois toi même, je serai heureuse, plus que si tu es un héros.
    -...Arigato, Sakura...
    - ^____^
    -Aishiteiru...
    -Moi aussi, je t'aime..."

    Nous nous embrassâmes une fois encore et nous nous relevâmes. Nous retournâmes chez elle, et je la laissais sur le pas de la porte. Elle rentra et monta dans sa chambre. Je reculai, et je la vis à la fenêtre me regarder. Elle serrait quelque chose contre elle. Ma coupe... Puis un sifflement me rappela dans ce monde. MS... Je l'avais complètement oublié... Il sembla se moquer, puis il me monta dessus. Il était temps de rentrer. Une fois à la grotte, je m'allongeai dans le noir et fixai le plafond. J'imaginais des yeux verts se refléter dedans...

    Dès le lendemain, je retournai aux cours. J'avais repris tout mon enthousiasme... Mais il disparut aussi rapidement que lorsqu'on est pressé d'y retrouver les potes... Néanmoins, je n'eus plus jamais de difficultés en sport. Gai-sensei lui même était étonné... Bien sur, après les cours, je passais tout mon temps avec elle. On parlait, on blaguait, on se regardait... Et puis on se séparait, attendant avec impatience le lendemain, pour qu'on puisse se voir à nouveau.

    Aujourd'hui, j'ai 21 ans, il y a sept mois, j'ai demandé Sakura en mariage. Son père m'a tout de suite accepté comme un membre de la famille. Nous nous marrions la semaine prochaine. Je travaille dans l'école nationale de Ninjutsu, dans laquelle je suis professeur de taijutsu et professeur particulier de dōjutsus. Sakura et devenu apprenti médecin. Elle a été prise au concours d'entrée, avec une note de 247 points sur 280. Nous sommes encore plus amoureux, et nous sommes certains que notre union va tenir. Je suis heureux, elle est heureuse, et je me sens à nouveau entouré par une famille.

    Tousan' (Père), je sais que tu me vois, de là où tu es. J'espère ne pas t'avoir déçu. Même si tu me manque beaucoup, je suis sur que me voir heureux te satisfait. Je sais que tu voulais que je devienne banquier, mais j'ai trouvé ma passion, mon nindô (nin: ninja, dô: la voie. Nindo: Voie de Ninja.)... Je ne peux que réussir. Ton souvenir me permet de garder les pieds sur terre... Soutiens moi depuis le Yomi, s'il te plait...



    Et voilà! Euh... à noter... Le Yomi, c'est le monde des morts dans le folklore japonais (Voir Naruto Shippuden Film 1 La mort de Naruto). Et pour l'image, que je trouve un peu plus réussie que la précédente, ( -___-") j'aimerais savoir ce que VOUS vous en pensez! Hein? A oui! La mini-fic! Euh... Ben, ouais, j'aimerais bien savoir aussi, quand-même! Est-ce que la scène de combat est réussie? Et la "lettre" à son père? Et le... Ouais bon, en bref, qu'est-ce que vous avez aimé ou pas? XD

    Et pi, pour la suite, je vous propose un OS sur un couple que j'aime comme pas possible, ShikaSaku!

    votre commentaire
  • One-Shot 5: Aussi belle que fragile...

    Il était assis devant son bureau, attendant le moment fatidique en gribouillant sur une feuille. Des kanas, des kanjis, des romajis, des symboles... Son père entra.
    "Shikamaru?"
    Il ne répondit pas. Son père l'appela de nouveau. Il le regarda puis continua d'écrire. Il ne se permit pas de s'adresser à son père. Comment le pouvait-il, lui qui venait de gâcher ses rêves, de supprimer ses espoirs? Alors il s'était fait une promesse. Il s'était juré sur son honneur de réparer ces fautes, de récupérer ce que son père lui avait enlevé. Il se leva et mit son bandana, sa chaîne, ses Vans et sa gourmette. Celle où du coté visible, son nom était gravé, et de l'autre coté, celui de cette fille. Cette fille qui lui avait redonné goût à la vie. Cette fille qui par sa différence lui avait prouvé que la vie pouvait être belle. Cette fille que son père lui avait interdit de voir...

    Il sortit, malgré les menaces de son père, malgré les insultes qu'il retenait, il sortit et courut. Malgré le soleil qui s'obstinait à lui bruler les bras et le bas des jambes. Malgré le vent brulant qui s'engouffrait dans dans son nez. Malgré que tout sembla contre lui. Il courut dans les rues de Konoha, en espérant qu'il pourrait réussir. Résister. Il ne devait pas tomber... Il mit une heure à traverser la ville, sans jamais s'arrêter de courir.

    Il aperçut enfin sa porte. Elle, elle était assise sur les marches, avec son masque souriant, mais un regard absent. Ses yeux verts étaient humides. Elle aussi pleurait presque... Lorsqu'elle le vit, elle se leva et courut... Elle courut dans sa maison, laissant là Shikamaru, qui comprit que son père avait vraiment tout fait pour briser ce lien. Tout cela parce qu'il la trouvait pas assez normale... Pourtant, il s'en moquait. Rien n'aurait put être moins important que l'avis de son père. Sauf qu'il ne s'était pas contenter de donner son avis. Il avait vraiment décidé de l'empêcher d'être avec cette fille, avec ces cheveux aux couleurs de son prénom... Sakura... La Fleur De Cerisier... Une fleur si délicate que Shikamaru avait peur de faire tomber...

    Il voyait maintenant cette fleur... Elle était portée par le vent... Shikamaru la prit... Il la garda précieusement dans le creux de sa main, dans la chaleur qu'elle produisait... Mais son père était arrivé. Il prit la fleur et la jeta, l'écrasant dans ses doigt au passage.

    Cette vision s'estompa enfin et Shikamaru frappa a la porte. Mme Haruno ouvrit et son regard se ternit en voyant le fils Nara. Elle allait fermer la porte quand Sakura retint son bras. A contre c½ur, elle ouvrit la porte et sortit, refusant de rester en présence de celui qui avait insulté toute sa descendance. Sakura s'excusa d'être partie. Shikamaru lui dit qu'il comprenait, et il s'excusa du comportement de son père. Il revit l'image de la fleur de cerisier... Une larme perla sur sa joue. Sakura comprit que c'était à cause de son père. Lui ne l'avait jamais voulu. Évidemment! Comment avait-elle put en douter? Ils étaient amis! Il l'aimait bien, lui!

    Elle prit Shikamaru dans ses bras, de manière amicale. Il sentit pour la première fois son odeur, car elle n'avait pas mis de parfum. Elle sentait vraiment la cerise. Il referma ses bras sur son dos et ferma les yeux. Mais n'arrivant pas a résister, il l'embrassa sur la joue, le plus prés des lèvres qu'il put... Sakura se dégagea immédiatement, l'incompréhension la forçant à la peur... Shikamaru réalisa, et baissa la tête. Sakura le regarda, et soudain, l'évidence lui sauta aux yeux. Sa tête se mit à bouillonner, et ses longs raisonnements l'emmenèrent tous à la même conclusion...

    Shikamaru la sentit arriver, mais trop tard cependant pour comprendre. A sa grande surprise, Sakura l'embrassa en tenant son visage. Shikamaru, d'abord surpris, eu le c½ur qui faillit s'arrêter. Il ne réagit pas, si bien que Sakura crut avoir mal interprété ce baiser. Elle se recula, le regardant dans les yeux et elle devint rouge. Shikamaru sourit, la serra a nouveau dans ses bras, lui caressa le dos et les cheveux.

    Il prit sa main et l'entraîna devant chez lui. En rentrant, son père lui cria dessus, mais il n'en tint pas compte. Sakura, pour qui les insultes devenaient pesantes, suivit Shikamaru sans rien dire, serrant sa main de plus en plus fort. Ils arrivèrent dans sa chambre, Sakura presque en pleurs, et ils s'assirent un instant, le temps que Shikamaru la réconforte.

    Lorsqu'elle se remit à sourire, il ouvrit la fenêtre, retira ses vans, prit une couverture et fit monter Sakura sur le toit. Il étala la couverture et s'allongea, invitant Sakura a faire de même. Ils levèrent la tête, et la rose comprit. Les nuages... Leurs mouvement lents l'apaisèrent, la détendirent... Elle sentit une main sur la sienne. Elle la prit et se tourna, regardant son homme. Lui était loin des nuages. Il avait les yeux fermés. Son torse musclé faisait danser son débardeur de plus en plus vite. Son c½ur accélérait... Elle posa la tête dessus. Elle sentit les battements contre son oreille. Lui la serra, et lui raconta l'histoire de la fleur de cerisier, tout doucement, avec une partie en plus...

    Il rattrapa la fleur et la posa dans une coupelle d'eau. Il changea l'eau plusieurs fois, la mit au soleil, il en prit soin jusqu'à ce qu'elle aie reprit toutes ses couleurs. Et même après, malgré les tentatives de son père pour l'en dissuader, il ne l'abandonna pas...

    Sakura sourit, comprenant le sens caché et ayant fait le rapprochement avec son nom... Tout semblait parfait... Le soleil se coucha, mais le HLM qui était à l'ouest de la maison ne leur permit pas de le voir. Ils se retrouvèrent d'un coup dans la nuit complète, l'un dans les bras de l'autre. Shikamaru embrassa Sakura et descendit doucement en lui tenant la main. Lorsqu'il trouva le bord du toit, il la laissa, le temps de rentrer dans sa chambre et d'allumer la lumière. La rose eut moins de difficultés a descendre.

    Shikamaru lui proposa de la ramener chez elle. Elle baissa la tête. Mais Shikamaru l'avait prévu. Sa deuxième proposition l'enchanta nettement plus. Ce soir, elle dormirait chez lui. Il lui sortit un grand T-shirt et la laissa seule dans la chambre. Elle enfila le T-shirt sur ses sous-vêtements, mais avant d'ouvrir la porte, elle remarqua quelque chose sur le bureau. Une coupelle avec de l'eau, à portée du soleil matinal, dans laquelle flottait une fleur rose pâle... Une fleur de cerisier... Ainsi, ce n'était pas qu'une histoire?

    Shikamaru frappa, sous les cris de son père qui refusait qu'une fille aussi bizarre dorme sous son toit. Il entra et dit à Sakura de ne pas s'en faire, qu'il s'en fichait, et qu'elle était plus importante. Il la fit monter sur son lit mezzanine et s'installa sur un matelas qu'il mit dessous. Deux heures plus tard, il ne dormais toujours pas. Il n'avait pas mangé et maintenant, il le sentait. Sans le moindre bruit, il ouvrit la porte et se dirigea vers la cuisine où il prit un verre de lait, puis retourna se coucher. Mais le sommeil ne vint pas. Il alluma la télé, coupa le son et alluma sa XBox. Juste avant de commencer a jouer, il vit le voyant du joueur 2 s'allumer. Sakura se tenait derrière lui, une manette à la main.

    "Halo 3?
    -Oui. Tu veux jouer?
    -Bien sur.
    -Je t'ai réveillée?
    -J'arrivais pas à dormir. Quand je t'ai vu sortir, j'ai été soulagée...
    -J'étais juste allé boire un verre de lait. Tu veux quelque chose?
    -Non, merci. Je mange rarement le soir.
    -J'aurais essayé..."

    Ils commencèrent à jouer. Shikamaru ne gagna pas une seule fois. Il avait fini par mettre un peu de musique, tout doucement pour s'éviter une nouvelle dispute avec ses parents. Vers deux heures du matin, ils s'arrêtèrent enfin, Sakura s'endormant sur place. Il éteint tout et s'assit à coté de Sakura qui se lova dans ses bras et s'endormit. Il s'allongea, la gardant dans ses bras et sentant son corps contre le sien... Il s'endormit à son tour.

    Il se réveilla, dans la même position, avec celle qu'il aimait dans les bras. Il n'osa pas bouger, de peur de la réveiller. Mais la porte s'ouvrit doucement. Mme Nara entra, calmement, et regarda Shikamaru et Sakura. Pas avec dureté, ou avec colère. Avec admiration. Elle vit que son fils ne dormait pas. Elle lui parla donc, doucement. Son père était parti, il ne rentrerait que tard le soir. Shikamaru sourit. Sa mère était de son coté. Sakura bougea. Il arrêta de respirer. Elle ouvrit un ½il, puis l'autre. Elle posa la main sur le bras qui lui tenait la taille. Le flou s'estompa peu à peu, elle prit conscience de ce qui l'entourait. Shikamaru enleva ses bras pour qu'elle puisse bouger. Elle se retourna. La mère lui sourit, lui faisant comprendre qu'elle était amicale. Sakura fut donc rassurée.

    Il se levèrent et allèrent prendre leur petit déjeuner. Comme d'habitude, Shikamaru se contenta d'un verre de lait, ce qui n'étonna pas Sakura, qui elle prit des toasts, des céréales, de la brioche et un chocolat chaud. Mme Nara fut étonnée.
    "Vous n'êtes pas étonnée de le voir manger si peu?
    -Non. Pendant les cours, on va souvent chez Ichiraku. Moi je prends un café et une pizza ou un sandwich, et lui, un verre de lait. Je suis sure qu'il pourrait vivre rien qu'avec du lait... Et moi, bien sur...
    -Ouais... Vive le lait... rajouta Shikamaru avec son air blasé. Par contre, toi, tu manges pas le soir mais le matin, on peut pas en dire autant.
    -Shikamaru! Ce n'est pas une manière de parler à une...
    -Il a raison. Je ne mange rien le soir, mais je me rattrape au petit déjeuner... On grossit moins quand on mange le matin que le soir..."
    Ils rigolèrent tous les trois. Sakura alla s'habiller. La mère de Shikamaru en profita pour lui faire remarquer que dormir habillé n'était pas le comble de la bienséance. Il se justifia en disant qu'être en caleçon devant une fille n'était pas non plus le comble de la bienséance...

    Sakura sortit, toujours aussi belle. Juste décoiffée. La mère la conduisit a la salle de bain et lui prêta une brosse et un lisseur, puis elle retourna dans la cuisine, où son fils n'était déjà plus. Il était remonté sur le toit, tenant la fleur de cerisier contre son c½ur. Les nuages avaient, comme d'habitude, des formes abstraites, comme façonnés par des mains invisibles, portées par le vent...

    Sakura le rejoint quelques minutes plus tard. Elle vit la fleur. Elle sourit en voyant que Shikamaru ne l'avait pas vue. Elle s'allongea à coté de lui, le faisant sursauter au passage. Elle lui dit qu'elle avait vu la fleur sur son bureau. Il sourit et dit qu'il espérait faire de même avec elle, ce qui eut pour effet de la faire rougir, et il l'embrassa. Il se levèrent et retournèrent dans la maison pour en ressortir, par la porte cette fois. Ils marchèrent sans penser à la direction, sous le soleil de l'été. Il y avait un petit vent frais qui adoucissait le temps lourd, et qui faisait danser les cheveux roses éclatants de Sakura. Ils ne se parlaient pas, mais leurs expressions et leurs mains qui se tenaient montraient largement tout ce qu'ils pouvaient et voulaient dirent. Ils entrèrent dans le parc, en face de la fontaine, où ils s'assirent par terre. Ils se regardaient dans les yeux... C'était un de ces moments que l'on trouve toujours trop court. Le portable de Shikamaru sonna. Il fut consterné en voyant l'appelant... Son père... Il ne décrocha pas et éteint son portable. Un peu plus tard, ce fut celui de Sakura qui sonna. C'était Naruto... Dix minutes plus tard, ils étaient devant l'hôpital.
    "Vous cherchez quelqu'un?
    -Uchiha Sasuke!
    -Ah. Oui. Il est encore en réanimation. Vous pouvez aller attendre dans cette salle avec vos amis."
    Ils entrèrent, mais la première personne qu'ils virent ne fut pas Naruto... Mr Nara se trouvait là, les toisant avec un regard dur.
    "Toujours avec CETTE fille?"
    Shikamaru ne répondit pas et passa son chemin en prenant Sakura par la taille. Ils arrivèrent au niveau de Naruto, qui était avec Tenten. Celui-ci, connaissant les sentiments que Shikamaru avait pour Sakura, comprit et sourit. Sakura demanda ce qui c'était passé. Ce fut Tenten qui lui répondit. Sasuke c'était battu avec son frère. Au sujet de Sakura... Itachi lui avait finalement enfoncé un couteau dans le foie. Voilà pourquoi le père de Shikamaru était là. C'était l'avocat d'Itachi. Sasuke venait de se faire opérer, mais il n'avait toujours pas reprit connaissance. Sakura laissa couler une larme sur sa joue... Une fois encore, quelqu'un s'était battu pour elle... Et en avait subi les frais... Shikamaru comprit, dans son regard, que ce n'était pas de l'amour, mais de la gratitude qu'elle avait pour Sasuke... Il la prit dans ses bras, heureux de ne pas s'être fait d'idées. Les trois médecins sortirent enfin, épuisés. Le quatre jeunes leur tombèrent immédiatement dessus. Oui, il était sauvé, non, ils ne pouvaient pas le voir maintenant. Ils se donnèrent donc rendez-vous devant l'hôpital le lendemain. Shikamaru remmena donc Sakura chez elle, ne cessant pas de la rassurer. Lorsqu'ils arrivèrent devant la maison, Shikamaru embrassa une dernière fois sa compagne et partit, lentement, regardant plus souvent en arrière que devant lui....

    Il passa le reste de sa journée à boire du lait et à jouer à Shogi-Online depuis le toit de sa maison. Pourtant, il n'avait pas vraiment la tête à jouer. Il pensait à Itachi... A cause de lui, Sakura pleurait encore. A cause de lui, Sakura n'était pas heureuse. A cause de lui, Sakura avait failli perdre un ami à la place de celui qu'elle venait de retrouver. Il avait supprimé la joie et l'avait remplacée par la tristesse pour Sakura, la haine pour Sasuke, et la colère pour Shikamaru.

    Le soir, il ne rentra pas se coucher. Il resta allongé sur le toit, à la lumière des étoiles et des lampadaires, mais à l'ombre de cette silhouette noire qui s'étirait dans son esprit, ressemblant tantôt à une tâche d'encre, tantôt à Itachi, à son père... ou à lui même. Il se voyait du sang sur les mains, le regard sombre, se faisant arrêter... Il avait soif de vengeance, mais la vue de ce que cela ferait de lui l'aida à se contenir, et sa fureur disparut avec le sommeil, accompagné par un sourire, un regard et la voix qui leurs était assigné, qui le suivirent jusqu'au bout du pays des rêves...

    Le soleil le réveilla de ses premiers rayons. Il alla se doucher, prit un verre de lait et une tartine pour faire plaisir à sa mère, puis, après avoir vu que le temps laissait présager de la pluie, il mit un baggy et un T-shirt à capuche, et il prit une veste sur le bras. Il appela sa nouvelle petite amie pour lui demander si elle voulait qu'il vienne la chercher. Bien évidemment, la réponse fut positive, et un peu plus tard, Sakura se trouvait sur un banc à coté du jeune homme. Ils attendirent, cachant leur impatience, l'arrivée de leurs amis. Naruto arriva seul et expliqua rapidement que personne d'autre ne viendrait. Ils montèrent donc ensemble.

    Sasuke ne dormait pas, mais n'était pas complètement réveillé. Son regard était vide, il ne pensait à rien. À absolument rien. Il n'arrivait pas à penser. Cela changea à l'entrée du petit groupe, qui fit sourire le malade. Il rassura tout le monde et leurs montra avec difficultés le ses points sur le torse. Sakura eut un frisson. Lorsque Naruto sortit, Shikamaru s'excusa, il devait appeler Kiba. Il sortit aussi. Sasuke regarda alors la rose d'un air sèrieux.

    "Pourquoi tu me regardes comme ça?
    -Je me disais qu'au fond, je suis heureux de m'être prit ce coup.
    -Hein?
    -Je l'ai fait pour une bonne cause. J'ai surpris Itachi en train de préparer quelque chose...
    -J'ai cru comprendre que j'étais concernée?
    -Il voulait s'amuser avec toi... A sa manière...
    -Ah... Merci Sasuke.
    -Sakura.
    -Oui?
    -Je... Je t'aime."

    A ces mots, Sakura fut complètement déboussolée. Elle le regarda avec incompréhension, et elle détourna le regard devant les yeux noirs de ce ténébreux qui commençait à la séduire.
    "Shikamaru..."
    Elle se replaça face à Sasuke, et lui dit qu'il n'avait pas toute sa tête, Qu'elle lui était reconnaissante, mais que ça ne faisait pas de lui son petit ami. Sasuke baissa la tête lorsque Sakura rajouta qu'elle était déjà avec Shikamaru.

    -----
    Hinata aller prendre un thé avec sa mère. Elles avaient planifié ce moment depuis longtemps. Mais au moment où elle prit sa tasse, une fêlure apparut sur son bord, laissant couler la boisson...
    -----

    "Eh! Sasuke! Réveilles-toi! Qu'est-ce qui te prend? SASUKE!"
    Sakura criait, mais cela ne réveilla pas Sasuke. Elle appela un médecin. Celui-ci la fit sortir. Shikamaru arriva enfin, et après avoir apprit tous ce qu'il s'était passé, il remercia Sakura de ne pas avoir cédé aux avances de Sasuke. Elle se mit à pleurer. Il se dit qu'elle pleurait trop, beaucoup trop depuis qu'il s'était attaché à elle. Il s'autorisa une larme, puis une autre, puis une autre, jusqu'à pleurer lui aussi. Sakura ne comprit pas. A ce moment elle se sentait faible, et même si l'homme qui la tenait dans ses bras pleurait aussi, elle savait qu'il l'aiderait, quel qu'en soit le prix.

    Ino arriva. Elle demanda ce qui se passait. Avant de lui répondre, Sakura essaya de comprendre ce que sa meilleure amie faisait là. Elle lui expliqua que Naruto lui avait dit qu'elle était là, alors comme elle voulait lui parler, elle était venue. Lorsque Sakura lui dit que Sasuke avait arrêté de respirer dix minutes auparavant, elle blanchit. Elle regarda la porte... Sa décision était prise. Elle ouvrit la porte. Trois personnes s'acharnaient à essayer de le réveiller. Un des médecins lui dit de partir. Elle refusa. Elle l'appelait, elle hurlait de toute ses tripes son prénom... Elle lui tenait maintenant la tête...

    -----
    "Sasuke!"
    D'où provenait cette voix? Il n'en savait rien. Tout ce qu'il voyait était un chemin lumineux, avançant dans un noir parfait. Il ré-entendit la la voix. Ils e retourna. Le chemin semblait s'effacer au fur-et-à-mesure qu'il avançait. Une fois de plus, son nom fit un écho partout autour de lui. Cette voix... Il la reconnut enfin. Ino... Il décida de courir, de revenir. Mais le chemin s'était bel et bien effacé, ce qui ne suffit pas à l'arrêter. A présent, il tombait. Il ferma les yeux en pensant que s'était fini... Petit à petit, il sentit un contact sur ses joues. La voix semblait plus nette. Puis vint un coup de tonnerre, puis un autre, et un autre, de plus en plus rapides et forts. La voix ne criait plus...
    -----

    Il ouvrit les yeux. Il était revenu dans la chambre qu'il avait quitté un peu plus tôt, car il pensait que rien ne l'obligeait à rester. Maintenant, il savait que si. Ino le regardait. Elle était tellement émue qu'elle ne pensa même pas à enlever ses mains des joues de Sasuke, qui commençaient enfin a reprendre des couleurs, et qui essayaient même de bouger, malgré leur température encore basse. Sans qu'il comprenne ce qu'il se passait, elle l'embrassa. Tout son corps se réchauffa d'un coup, et il retrouva son sourire, ce qui rassura Ino qui l'embrassa de nouveau, lui laissant à peine le temps de respirer. Il s'était trompé. Il était bien amoureux, mais pas de Sakura. Il se moqua intérieurement de lui même et de son incapacité à se comprendre, puisque jusque là, il croyait se connaître.

    Voyant qu'Ino ne revenait pas, Shikamaru jeta un regard par l'embrasure de la porte, et vit Ino embrasser Sasuke, qui avait réussi à poser ses mains sur son dos. Il retrouva immédiatement son sourire. L'effet ne fut pas le même sur Sakura. Elle se sentait trahie. Sasuke devait être un menteur. Sois il lui avait menti à elle, soit il mentait à sa meilleure amie! Dans tous les cas, c'était insupportable. Elle entra dans la chambre, poussant en passant les deux derniers médecins qui rangeaient le matériel. Ino se releva, les yeux rouges, mais le sourire aux lèvres. Sakura laissa couler une larme de plus, et Sasuke sentit le choc de la paume de Sakura qui heurtait sa joue. Puis elle partit en courant. Pendant que Sasuke bégayait des explications à Ino, Shikamaru lui courut après. Il la rattrapa sans difficultés. Il ne demanda pas d'explications et tira Sakura jusqu'au parc où ils s'étaient assis la veille. Il la regarda dans les yeux. Son c½ur manqua un battement quand le regard de Shikamaru la transperça.

    "Sakura...
    -...
    -Je te jures que tu ne verseras plus que des larmes de joies...
    -...
    -...parce que je t'aime..."

    Cette dernière larme ne fut ni joyeuse ni triste. C'était une larme de reconnaissance. Ce jour là, il avait retourné sa gourmette. Sa priorité n'était pas de le montrer aux autres. C'était de lui montrer à elle...



    Parce qu'une fleur est aussi belle qu'elle n'est fragile...

    2 commentaires
  • One-Shot 6: Jeu de mémoire

    Temari attendait que quelqu'un vienne. Elle était seule dans cet endroit tout noir, et l'angoisse n'était plus qu'un sentiment, c'était une puissance qui la rongeait et prenait possession de son corps de manière effrayante. Une pensée l'accompagnait. Peut être que personne n'avait remarqué son absence! Peut être allait elle moisir ici pendant longtemps, et peut-être même qu'elle ne serait jamais retrouvée... Elle commença à paniquer. Elle essaya de se lever, mais les chaînes qui lui liaient les mains au mur l'en empêchèrent. Elle cria. Personne ne répondit. Elle cria encore. Cette fois elle entendit un bruit dans le couloir.

    "Temari?
    -Qui est là?
    -Ton geôlier. Ta gueule."

    Elle fut terriblement déçue. Elle espérait tant que son frère soit venu la chercher... Mais elle était seule... Et un mec bizarre lui servait de geôlier dans une prison dont elle ignorait l'emplacement, et surtout la raison de sa présence dans celle-ci. Elle ne put s'empêcher de lâcher une larme. Elle souhaitait de tout son c½ur que Gaara arrive et la libère...

    Le type, ayant aperçut sa larme, rigola.
    "Si tu veux je peux te tenir compagnie! On pourrait même s'amuser, si tu te sens seule...
    -Si j'avais mon éventail, tu ferais moins le malin...
    -Sauf que, manque de chance, ton éventail, il est pas là. Tout comme tes chers frères. Tout comme ce cher Kazekage qui a perdu contre mon frère...
    -Gaara a perdu contre ton frère? N'importe quoi! Personne ne gagne contre..."

    ------------
    Flashback
    ------------

    "Katsu!"

    Les bombes en forme d'insectes explosèrent à l'intérieur même du bouclier de Gaara. Celui-ci, bien que mal en point, utilisa ses dernières forces pour dégager l'immense barrière de sable qui se trouvait au dessus de Suna, protégeant ses habitants jusqu'au dernier moment. Puis, vidé de toute force, son bouclier se dissout petit à petit, et il tomba droit sur l'oiseau d'argile de Deidara, qui l'emmena et alla rejoindre Sasori...

    --------------------
    Fin du Flashback
    --------------------

    "... le Kazekage... Attend... Ton frère c'est...
    -Deidara. Le grand, Deidara. Deidara l'artiste.
    -Le criminel de rang S, recherché par les ANBUs de tous les villages, et surtout membre de l'Akatsuki!
    -Tu ne l'as pas nommé une seule fois. C'est très malpoli.
    -Si tu crois que j'en ai quelque chose a battre, d'être polie, tu te met le doit dans l'½il jusqu'au couilles. En prétendant que tu en aie.
    -Qu'est-ce que tu insinue?
    -Tu attaches une femme sans défense dans un cachot avec des chaînes...
    -Je n'ai fait qu'obéir aux ordres. Mais je suis assez gentil pour te parler. Je pourrais tout aussi bien partir.
    -Et ça serait mieux pour tout le monde.
    -... Bon... Très bien... Mais tu as intérêt à ne plus ouvrir la bouche. Sinon je devrai te bâillonner.
    -Ben voyons. GAARA!!!"

    Elle fut donc bâillonnée, et le frère de Deidara alla se passer de l'eau sur la main où il s'était fait mordre par Temari. Elle, elle continua de crier, mais ses cris étant étouffés par la bâillon, elle s'épuisa rapidement sans avoir produit de son plus puissant que le bruit de pas du rat qui courrait a moins d'un mètre d'elle. Son cerveau s'arrêta de penser, ses yeux se fermèrent, et elle sombra dans ce sommeil où tout semble flou, mais étonnement réel.

    Elle ouvrit les yeux, réveillée par le son d'une cascade proche, et sentit l'herbe mouillée sur ses bras. Ses poignets étaient rouges, ils semblaient avoir été griffés. Elle ne se souvenait plus de grand chose. Sa douleur au poignet lui rappela néanmoins les chaînes, entraînant ainsi les souvenirs de sa capture.

    Elle était en route pour Konoha avec Gaara et Kankuro. Ils avaient un rendez-vous officiel avec Tsunade-sama, mais Temari était venu pour autre chose. Il lui tardait de revoir Shikamaru, le grand flemmard qui était en quelque sorte son guide désigné d'office à chaque fois qu'elle venait. Elle avait eu une envie pressante et avait dit aux garçons de continuer, qu'elle les rattraperait. Et avant qu'elle aie fait quoi que ce soit, elle avait sentit un choc sur le haut de la nuque. Elle s'était évanouie, et elle s'était retrouvée dans ces geôles où se trouvait le frère de Deidara.

    Mais elle n'arrivait pas a se souvenir de ce qui l'avait fait sortir. Tout ce dont elle se souvenait, c'était d'un vague vent qui fouettait le visage, et d'une petite lumière bleue d'où semblaient venir des bruits de destructions, comme des explosions, accompagnés parfois de cris et de voix plus ou moins brutales... Puis un autre détail lui apparut. Le sable... Il y avait du sable qui bougeait... Gaara était bel et bien venu la sauver... Mais la lumière bleue? Aucune idée. Elle n'en avait aucune idée. Mais il fallait qu'elle trouve son frère. Elle espérait que cette lumière bleue ne soit pas un ennemi, ou au moins qu'elle ne lui aie pas fait de mal.

    Dès qu'elle en fut physiquement capable, elle marcha vers la cascade, se dirigeant avec le son. Elle y arriva rapidement et vit son frère allongé sur le dos, qui regardait le ciel. Elle fut surprise. Ce n'était pas dans ses habitudes de s'adonner a des plaisirs aussi simples... Il regardait droit devant lui, les yeux a moitié fermés, l'air blasé, sans aucune expression. Elle s'approcha de lui.

    "Gaara?
    -Hn? Ah. Temari... T'es réveillée...
    -Ouais. On peut y aller?
    -Où? Chez Tsunade? T'es un un peu en retard, non?
    -Vous y êtes déjà allé?
    -Oui. Désolé.
    -Mais...
    -En fait, oui. T'as raison. Il faut y aller. Rentrons à Suna. Kankuro nous attend."

    Ils se mirent en route vers Suna no Kuni. Elle était vraiment déçue. Konoha lui manquait. C'était un peu son deuxième village, avec sa deuxième famille... Elle s'entendait très bien avec les parents de Shikamaru, et même si ils se refusaient à se l'avouer, elle et Shikamaru, ils s'aimaient bien aussi. Il était comme un troisième frère pour elle.

    Gaara vit son air dépité et feignit de ne pas s'en rendre compte. Il lui demanda ce qu'il c'était passé. Elle lui raconta le peu dont elle se souvenait. Puis le flash de la lumière bleue lui revint. Elle lui demanda ce qu'était cette lumière. Il sourit, mais ne répondit pas et accéléra. Ce sourire surprit Temari qui avait rarement vu son frère sourire ainsi, sans regard sadique, et surtout, sans Shukaku. Elle accéléra aussi et insista.

    "Alors! C'était quoi!?
    -Tu te souviens du Jinchuuriki Kyuubi?
    -Euh... Le petit blondinet? Celui qui crie tout le temps?
    -Celui qui m'a sauvé de l'Akatsuki.
    -Bien sur que je m'en souviens.
    -Et bien c'était lui.
    -La lumière?
    -Baka! C'était du chakra! Le Rasengan, ça te dit rien?
    -Qu'est-ce qu'il faisait là?
    -Il s'est porté volontaire pour m'aider à te chercher. Bien sur, Kankuro en a profité pour rentrer directement...
    -Alors le petit Naruto-kun est venu me chercher...
    -Il avait envie de se rendre utile. Il n'avait pas de mission..."

    Temari se dit que c'était normal, après tout. Gaara était son ami... Ils continuèrent à sauter jusqu'à Suna, où ils arrivèrent le lendemain matin. Ils ouvrirent la porte de la chambre de Kankuro, et Gaara l'en sortit en l'attrapant avec du sable. Il finit par se réveiller, et après avoir apprécié la vengeance de sa s½ur, il se releva et partit se laver de la boue dans laquelle il s'était retrouvé après avoir volé, d'un coup d'éventail...

    Sa vengeance accomplie, elle retourna parler de son enlèvement. Elle apprit ainsi que c'était Deidara lui-même qui avait ordonné son enlèvement, pour narguer Gaara. Et il avait payé cher. Cette fois, le Sabaku Kyu avait été efficace... Ce n'était pas un bras en moins, qu'il avait, mais une tête... Mais sans l'aide de Naruto, qui avait réussi a attirer son attention, il n'aurait probablement pas réussi... De plus, il avait abattu au moins dix des autres ninjas... Temari écouta le récit comme un compte de fée. Elle ne pensait pourtant pas y trouver de prince charmant. Mais le destin en décida autrement...

    Un mois plus tard, elle reçut un message de Shikamaru lui demandant de venir à Konoha. Elle fit ses bagages et prévint tout le monde. Elle prit bien soin d'emmener son éventail, au cas où elle se ferait attaquer... Ce ne fut pas le cas. Elle se retrouva donc à Konoha, à la recherche de Shikamaru. Il n'était pas chez lui. Madame Nara lui apprit qu'il était chez Naruto. Cette évocation lui rappela le sauvetage du mois dernier... Elle en profiterait pour le remercier brièvement. Grâce aux indications de Shikaku, elle trouva rapidement la maison du blond.

    Elle frappa à la porte. Une tornade vint lui ouvrir, tout sourire, ne cessant de crier.

    "J'avais oublié à quel point t'étais excité...
    -Ben faut profiter d'la vie! Shikamaru! Ya Temari!
    -Ah, elle est déjà là?
    -Ben ouais, je suis là.
    -Et ben rentre!"

    Elle rentra et s'assit à coté de Shikamaru. Ils discutèrent pendant quelques minutes, Puis Shikamaru dit qu'il devait partir. Il n'avait pas prévu qu'elle viendrait si vite et, même si c'était chiant, il fallait qu'il fasse un truc pour Tsunade. Naruto rigola et proposa à Temari de rester chez lui en attendant. Elle accepta. Il lui servit un verre de soda, et ils commencèrent à discuter. Ils en vinrent à discuter de son enlèvement par les sous-fifres de Deidara. Naruto rigola en disant qu'au moins, ça faisait un Akatsuki en moins. Temari sourit.

    "Euh... Merci... Je veux dire, d'avoir aidé Gaara... Il a dit que sans toi il y serait pas arrivé...
    -Oh... C'était pas grand chose... Juste quelques Rasengans...
    -M'enfin, vous m'avez sauvé, quand même. C'est pas rien non plus!
    -Ouais! Je suis content que tu sois pas morte!
    -Encore heureux! Qu'est-ce que je fais là sinon?
    -J'avoue...
    -Enfin, bref, c'était sympa...
    -Ben... Avec plaisir!"

    Ils se sourirent mutuellement. Le silence s'installa. Pourquoi ne savait-elle pas quoi dire, et surtout, pourquoi cherchait-elle a trouver quelque chose à dire? Elle n'en savait rien, mais en tout cas, ça la gênait. Elle failli lui dire d'arrêter de la regarder comme cela, mais elle se retint. Finalement ce n'étais pas si mal... Ces yeux bleus étaient loin d'êtres aussi agressifs que ceux qu'il avait lorsqu'il était parti sauver son frère. Ces yeux bleus en question lui allaient nettement mieux... Mais... Qu'est-ce qui lui prenait encore? D'accord il avait de beaux yeux, mais c'était pas une raison! C'était Naruto, pas quelqu'un d'autre!

    "Euh... ça va Temari?
    -Hein? Euh... Oui, oui... ça va...
    -T'es toute bizarre d'un coup...
    -Comment ça?
    -Ben... J'sais pas... T'as perdu ton sourire d'un coup, tu me regardes droit dans les yeux... C'en est presque gênant...
    -Euh.. Oui... Désolée...
    -Non, le soit pas! J'ai dis presque! Juste je m'inquiètes un peu, ça te ressemble pas, il me semble...
    -Ouais... Enfin bon. T'as une idée de quand il va rentrer, Shikamaru?
    -Absolument aucune. Si tu veux on peut aller marcher, histoire de faire passer le temps.
    -D'accord. Le temps de prendre mon éventail.
    -Ok. Je laisse un mot pour que Shikamaru s'inquiète pas."

    Ils sortirent donc, et se remirent à discuter. Cette fois leur centre de discutions était Shikamaru. Naruto parlait de tous les moments où Shikamaru avait eu des problèmes à cause de sa paresse. Temari rigola et leva les yeux vers le ciel. Elle se souvint de son combat contre lui lors de l'examen Chunin. En effet, s'il n'avait pas eu la flemme de continuer son attaque, il aurait gagné. Mais il a préféré abandonner, parce qu'il trouvait ça chiant. Elle partagea rapidement son souvenir à Naruto avec son air rêveur et son sourire. Naruto baissa les yeux.

    Il changea de sujet et se remit à parler de son enlèvement. Il lui demanda si elle ne se souvenait vraiment de rien. Elle lui raconta brièvement tout ce qu'elle se souvenait. Cela se résumait à peu de choses, bien sur. Alors il essaya de lui faire retrouver la mémoire, sans vraiment lui raconter. Il voulait qu'elle aie vraiment ses images à elle. Il lui donnait juste quelques petits éléments, qui déclenchaient des flashbacks réguliers, qui finirent par arriver tous seuls. La scène lui revenait petit à petit. Les vols de sable, les cris, le sang, les cadavres gisants...

    Shikamaru arriva enfin. Après de brèves formalités, Naruto partit et laissa Shikamaru avec Temari. Ils parlèrent de tout et de rien en marchant jusque chez lui. Une fois là bas, les parents de Shikamaru lui proposèrent de manger chez eux. Elle accepta. Encore, pendant le repas, quelques détails lui revinrent en mémoire. Elle avait l'impression, désormais, que la scène se passait en noir et blanc, mis à part le sang et la lumière produite par le chakra bleu des Rasengans de Naruto. Elle commençait à se souvenir des odeurs. L'odeur de la mort. Elle en frissonna. Shikamaru vit ses frissons et lui demanda ce qu'elle avait. Elle lui expliqua que Naruto l'avait aidé à retrouver ses souvenirs de son enlèvement, et qu'elle avait régulièrement des flashbacks. Le soir, elle dormit là, et elle repartit le lendemain.

    Elle marcha pendant un moment, jusqu'à ce que Konoha ne soit plus en vue. Elle sourit en pensant que s'il devait y avoir un problème ce devait être à partir de maintenant. Elle avait dit exactement la même chose à ses frères lorsqu'ils étaient partis de Suna. Puis elle se souvint que Gaara lui avait répété lors de son sauvetage, ironiquement, bien sur. Elle cligna des yeux, mais lorsqu'elle les rouvrit, elle était dans sa prison, à nouveau enchainée.

    Le frère de Deidara arriva en courant, au milieu des explosions et de la fumée. Il sortit son katana et cria, le dirigeant vers elle. Elle vit la lame affutée s'approcher de son visage, puis un cri retentit. "Non!" Juste avant qu'elle ne soit frappée, Naruto enfonça sa main dans le ventre du tueur, un Rasengan en avant. Aussitôt après, un clone d'ombre la prit sur ses épaules et courut à travers les couloirs, surement vers la sortie. Il croisa Gaara, qui lança "S'il y a un problème, se sera à partir de maintenant, hein?". Puis plus rien.

    Elle se trouvait maintenant sur la route de Konoha à Suna, et Konoha venait bel et bien de disparaître. Ce flashback, qui était le premier qu'elle faisait qui était aussi réaliste, la fit, lui aussi, frissonner. Et puis... Pourquoi Naruto ne lui avait-il pas dit que c'était lui qui l'avait sauvée? Pourquoi Gaara ne lui avait-il pas dit non plus? Elle marcha en se posant ces questions inconsciemment. Troublée, elle continua sa route. Elle courut pendant deux jours. Il lui restait donc encore un jour de course pour arriver à Suna no Kuni. Elle s'arrêta. Il lui fallait dormir. Craignant que quelque chose lui arrive, elle mit en place un Genjutsu pour cacher sa présence, et elle s'endormit dans un arbre.

    Cette nuit là, elle fit un cauchemar. Elle était dans sa geôle, comme dans son flashback. Elle revoyait son gardien brandir le katana, elle revoyait Naruto arriver, mais au lieu de se prendre un Rasengan, il sauta en arrière et coupa la tête de Naruto, mettant fin à l'aide des clones d'ombre. Gaara, surprit, ne voit pas une bombe arriver, bombe qui lui explose juste devant le visage, le tua,t sur le coup. Deidara, auteur de cette contre-attaque, rigole, s'approche d'elle, et sort un kunai. Juste avant qu'il lui rentre dans le cou, elle se réveilla en sursaut. Elle essuya la sueur sur son front et constata que le soleil se levait déjà.

    Elle descendit de l'arbre et remarqua un kunai planté dans le sol. Méfiante, elle le sortit avec son éventail et constata que rien ne se passait. Elle prit tout de même soin d'éviter cette zone. Elle continua sa route. Au bout de quelques heures, un autre kunai était planté dans le sol, lais cette fois quelques gouttes de sang étaient derrière. L'image du kunai de Deidara lui traversa l'esprit, lui arrachant une grimace de peur. Un corps était couché quelques mètres plus loin. Elle se rapprocha et en voyant son visage, un souvenir la traversa.

    Cet homme était aussi dans le repaire de Deidara. Il s'était pris un coup de sable mais n'avait rien eu de grave. Il avait eu la chance de réussir à se faire oublier, et Gaara ne l'avait pas tué. Maintenant, il était là, couché sur le sol, la main lacérée, surement par le kunai planté plus loin. Elle remarqua enfin, avec effroi, que du sang sortait de sa bouche. Elle le retourna de manière à voir son ventre. Il semblait complètement déchiqueté. Elle, qui pourtant voyait du sang souvent, trouvait le spectacle terrorisant.

    Elle courut jusqu'à Suna et se garda d'en parler. Elle n'aimait pas cette image de cet homme couché, mort, le corps plein de sang, la tête agonisante du mort... Elle préféra sourire à tout le monde et dire qu'elle se souvenait de mieux en mieux de son enlèvement. Mais elle ne parvint pas à oublier toutes les questions qu'elle se posait. Elle finit par demander à Gaara pourquoi il ne lui avait pas dit que Naruto lui avait sauvé la vie.

    "Ben, le fait de venir m'aider implique qu'il t'a sauvé, non?
    -Si, mais il à tué un type juste avant qu'il me tranche la gorge. C'est pas important, ça?
    -Pas plus que le fait que tu sois en vie.
    -Arrête de te foutre de moi!
    -Arrête de te poser des questions inutiles et insensées. D'accord?
    -Non! Je veux une vraie réponse!
    -Tu veux que je te dise quoi? Que je te l'ai caché parce qu'il y a un grand mystère et que la vie d'un petit garçon était en jeu?
    -Pfff... C'est bon, j'ai compris. Mais je déteste que tu me parle comme ça. T'as beau être Kazekage, je suis quand même ta s½ur ainée.
    -Une s½ur ainée qui se fait des films chelous... Je crois que ton voyage t'a fatigué. Bonne nuit. Moi je vais dormir, maintenant que je peux."

    Elle aussi alla se coucher. Elle dormit d'un sommeil sans rêves, sans souvenirs non-plus... Une nuit reposante, qui lui permit de récupérer de sa journée et de se remettre du voyage. Elle dormit tellement que lorsqu'elle se réveilla, se fut à cause de Kankuro, qui la secouait comme un prunier. Une fois qu'elle eut enfin émergé, il lui demanda de se dépêcher de s'habiller et de venir en salle de conseil. Gaara devait leur dire quelque chose d'important.

    Elle s'habilla le plus vite qu'elle le put, et elle courut à la salle de conseil. Même si Gaara venait de penser à lui dire "Alors, le loir, en retard?", il se retint, ayant d'autres choses plus importantes à dire. Il alla directement à l'essentiel.
    "Je ne prendrais pas le temps pour les formalités d'usage. J'ai reçu ce matin un message de l'Hokage, Tsunade-sama. Il semble que l'Akatsuki en ait après Konoha, une fois de plus. D'après elle, il y aurait une histoire de vengeance. Étant donné que j'ai moi-même tué Deidara, avec l'aide du Jinchuuriki Kyuubi Naruto, je me dois d'aller les aider. L'Akatsuki n'étant pas un petit groupe de ninja, je vous demanderai à tous de former deux équipes pour aller aider notre allié.
    -Mais nous ne sommes pas concernés. Nous n'avons aucune raison de mettre en danger deux équipes!
    -S'il m'ont aidé pour sauver Temari, je dois les aider pour sauver leur village. Et en temps que Kazekage, il est de mon droit de demander l'aide de...
    -Votre rôle est de nous protéger! Pas de nous exposer!
    -Si vous refusez de m'aider, et bien soit. J'irais seul.
    -Non, dit Temari, je t'accompagne!
    -Moi aussi, rajouta Kankuro.
    -Et moi, je suis prés à vous envoyer une équipe de Junins, rajouta un des anciens.
    -Parfait. Temari, Kankuro et moi partons dès maintenant. Rejoignez-nous dès que possible.
    -Bien, Kazekage-sama!"

    Temari sourit. Naruto avait sauvé son frère, il l'avait aidé à la sauver, elle, et maintenant, enfin, ils allaient lui rendre la pareille. Ainsi, ils seraient quittes. Aidés par leur enthousiasme, ils firent le voyage en seulement deux jours. Il ne leur fut pas difficile de retrouver les deux membres de l'Akatsuki. Il s'agissait de Tobi et de Konan. Le combat débuta, mais sans les secours arrivés plusieurs heures plus tard, en plus de l'aide des ANBUs de Konoha, ils n'auraient pas pu les mettre en fuite. Gaara partit donc parler avec Tsunade, qui avait beaucoup de choses à lui dire.

    Temari en profita pour aller dire rapidement bonjour à Shikamaru, qui prit son air blasé pour lui dire qu'il commençait à la voir un peut trop souvent. Malheureusement, il fut bien vite rappelé pour rechercher les fuyards. Elle se retrouva donc seule avec Kankuro, ce qui revenait à être seule tout court, étant donné que Kankuro s'était assis par terre et semblait méditer. Puis une idée lui vint enfin. Maintenant qu'elle avait "remboursé" Naruto, il fallait qu'il le sache. Pourquoi? Elle n'en savait rien, mais elle trouvait ça marrant. En arrivant devant chez lui, elle le vit à l'entrée. Il semblait attendre.

    "Yo, Naruto!
    -Pas trop tôt.
    -Comment ça?
    -Ben, ça fait au moins un quart d'heure que je t'attend! Shikamaru m'a dit que tu risquait de passer me voir!
    -Il m'énerve avec ses 200 de QI, celui là!
    -Ouais, bon. Tu voulais quelque chose de particulier?
    -Plusieurs choses! Tout d'abord, on est quittes!
    -???
    -Tu nous as aidé, on t'a aidé.
    -Pfff... Comme si j'en avais quelque chose à faire que vous me rendiez la pareille! Si je vous aide, c'est parce que ça me fait plaisir!
    -Si tu le dis...
    -Et sinon?
    -Et bien... Je voulais te remercier...
    -Pour?
    -Ben... J'ai eu pas mal de flashbacks. J'ai quasiment toute la scène...
    -^_^
    -Y compris le moment où tu m'as sauvée de l'autre affreux...
    -Ouais! Trop nul ce type! C'était trop facile...
    -Et... Pourquoi tu me l'a pas dit?
    -De quoi?
    -Que tu m'avais sauvé la vie?
    -C'est toi, qui l'avait dit. Je suis venu pour ça, de toute façon.
    -... Ouais...
    -Euh... T'es sure que ça va?
    -Hein? Euh... Ou...
    -Ne me dis pas oui. Ça crève les yeux. Alors sois tu dis ce qu'il y a, soit tu changes de tête. J'aime pas te voir déprimer.
    -Me voir déprimer?
    -Enfin... Voir les gens déprimer...
    -Oui... Bien sur... Non, en fait, c'est juste que je me sens chamboulée... Je me pose des questions bêtes, je m'imagine des trucs, et puis... J'ai l'impression d'en avoir marre du sang à un point... Comment dire ça...
    -Je vois ce que tu veux dire... Et... Je te comprends.
    -Merci, Naruto. T'es vraiment sympa. T'es super, comme type."

    Elle remonta la tête, qu'elle avait baissée en expliquant son désarroi. Naruto la regardait avec compassion. Elle crut même y voir un peu plus. "Non. Je me fait des idées..."pensa-t-elle. Il avait encore son sourire que peut de choses pouvaient lui enlever, et cela la réconforta. Finalement, poussée par Dieu sait quelle pulsion, elle se retrouva en train de l'embrasser. Quand elle se rendit compte de ce qu'elle faisait, elle ouvrit grand les yeux et se recula d'un bond.

    "Euh... Je... Je sais pas ce qu'il m'a prit... Je...
    -Ne t'inquiètes pas, dit-il en baissant les yeux. C'est pas grave. Aller, à la prochaine..."

    Temari se sentait terriblement coupable. Elle avait fait une chose incroyable qui lui échappait complètement. Embrasser Naruto? Alors qu'elle voulait juste lui dire merci pour son aide? Ce n'était pas une manière de remercier un ami...

    Elle retourna attendre Gaara avec Kankuro, qui s'était mis à faire bouger des cailloux avec des fils de chakra. Elle s'assit par terre, plia les genoux, posa sa tête dessus et l'entoura avec ses bras. Elle pleura tout doucement, se sentent ridicule. Elle savait qu'elle lui avait cassé le moral alors qu'il venait de lui dire qu'il la comprenait. Il la comprenait...

    ------------
    Flashback
    ------------

    "Je vois ce que tu veux dire... Et... Je te comprends...
    -Merci, Naruto. T'es vraiment super, comme type."

    --------------------
    Fin du Flashback
    --------------------

    Ces derniers mots raisonnaient dans sa tête. "T'es vraiment super, comme type..." Des questions s'immiscèrent en elle. À quel point le trouvait-elle super? Le trouvait-elle juste super? Était-ce autre chose? Était-elle... amoureuse?
    "Non, pensa-t-elle. C'est impossible. Je ne peux pas être amoureuse de Naruto! Il est trop... trop... Enfin... Bon. D'accord. Il est super mignon, et puis il est gentil... Non... C'est pas possible... Mais qu'est-ce que j'ai?"

    Gaara arriva enfin. Elle avait eut le temps de sécher ses larmes et de laisser ses yeux dérougir. Elle marcha avec lui, mais il dut bien remarquer que quelque chose n'allait pas. Il dit à Kankuro de partir devant, qu'il avait oublié quelque chose, et qu'il voulait que Temari l'accompagne. Kankuro et Temari furent étonnés, mais il s'exécutèrent tout de même, plus parce qu'il était le Kazekage qu'autre chose.

    Kankuro partit donc, mais eux restèrent là, et Temari compris encore moins.
    "Bon. On va le chercher ce truc?
    -Quel truc?
    -Ben... C'est quoi encore cette histoire?
    -Je vois très bien que ça va pas. Tu déprimes.
    -Non. Pas du tout.
    -T'es sure?
    -...
    -Y'a que Kankuro qui le voit pas. Alors je sais que t'as pas envie d'en parler, mais je te demande quand même de me raconter. Alors? Qu'est-ce que t'as?
    -... Je sais pas. J'ai l'impression de... m'attacher à... quelqu'un...
    -Shikamaru?
    -Non...
    -Alors... C'est cette histoire avec Naruto?
    -...
    -Est-ce que tu es... amoureuse de lui?
    -Je... J'en sais rien... J'ai l'impression, mais... je peux pas en être sure...
    -Et... il n'y a rien d'autre?
    -... Je... Je l'ai embrassé tout à l'heure.
    -Et lui? Comment il a réagi?
    -Il a dit que c'était pas grave... Et il est parti, mais... il avait perdu son sourire... Je m'en veux vraiment... J'ai l'impression d'avoir tout gâché... Il aurait put être un bon ami... Pfff... Quelle conne...
    -Tu tiens à lui?
    -... Je sais pas...
    -Je suis pas un expert en relation sociales et c'est rien de le dire. Mais je pense que ça, ça fait partie des choses importantes.
    -...
    -Alors? Qu'est-ce que tu vas faire?"

    Elle releva la tête, avec le sourire.

    "Merci, otooto-san (petit frère)!"

    Elle courut vers Konoha. Elle avait compris. Il fallait qu'elle le fasse. Elle y croyait. Si elle était amoureuse, elle n'allait pas le laisser passer sans rien faire. Gaara avait raison. Ça fait partie des choses importantes, voire même la plus importante. Il lui avait fait réaliser, et elle avait décidé de l'écouter, d'écouter son c½ur, d'écouter ses sentiments. Elle arriva devant la maison de Naruto. Elle frappa, frappa, toutes les cinq secondes tant elle était impatiente.

    Naruto ouvrit enfin et demanda à Temari ce qui lui prenait. Elle le regarda droit dans les yeux. Il la regarda aussi, semblant toujours aussi étonné. Elle sourit, il sourit aussi, et finalement, elle approcha son visage de celui de Naruto. Il ouvrit grand les yeux. Elle continua d'approcher jusqu'à ce que ses lèvres touches les siennes. Finalement, se laissant aller, il ferma les yeux et posa ses mains sur son dos, ce qui soulagea la blonde, qui commençait à se demander si elle n'avait pas fait une bêtise. Elle sentait à présent son c½ur sur le sien, sa main sur son dos, et surtout, leurs lèvres unies pour ne former qu'une seule et unique chose... Une chose appelée "Bonheur"...

    Enfin elle se sentait soulagée. Enfin, elle pouvait regarder dans les yeux ce petit blond qui avait tant occupé ses esprits. Enfin, elle se sentait chez elle dans les bras de quelqu'un... Elle avait envie de partager sa joie avec les autres. Elle avait envie de chanter, de danser, tant son c½ur était libéré. Ou plutôt soumis à l'esclavage de l'homme qu'elle souhaitait plus que tout. Elle ne se posait plus de questions, elle ne cherchait plus à en trouver, elle vivait, par ce contact, par cette sensation, par ce frisson, par ce baiser... Elle n'avait pas qu'appris à aimer, elle avait aussi appris à vivre...

    "Merci, Naruto-kun..."

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique