• Chapitre 31: 解明 (Explications)

    Et le chapitre 31, qui suit de près le 30 (Logique, remarquez... s'il avait été avant, il aurait été le 30, pas le 31... Pourquoi je dis ça moi???)

    Bonne lecture!!!






    James Hower

    Amy Watson

    Jonas Gray

    Steven Cloud


    Kyora écrivait tous les noms qu'elle voyait. Un nom... Un nom... Un nom... Quelle extase! Raito la regardait faire. C'était une sorte de soulagement, pour lui. Il avait trouvé une vraie remplaçante. Quelqu'un d'aussi déterminé que lui, d'aussi intelligent que lui... Peut-être même plus. S'en était presque inquiétant...

    Kyora: Qu'est-ce qu'il se passe? La connexion est coupée. Je crois qu'on est repérés.

    Connexion terminated

    Kyora: Bon ben... On n'a plus qu'a rentrer.

    Raito: Tu n'éteins pas?

    Kyora: Non. Un scan de chaque anti-malwares est programmé. L'ordinateur s'éteindra après.

    Raito: D'accord.

    Ils sortirent donc. Kyora ferma la porte du studio à clef, et marcha jusqu'au bout du couloir, baissant la tête en passant près de la tâche de sang. Raito l'arrêta.

    Raito: Qu'est-ce que c'est, ça?

    Kyora: De quoi tu veux parler?

    Raito: J'ai bien vu ta larme tout à l'heure. A qui appartient cette tâche de sang?

    Kyora: (Baisse les yeux) ...

    Raito: Je veux savoir.

    Kyora: (Voix brisée) C'était mon frère.

    Raito: Ton frère?

    Kyora: C'était il y a deux ans. Il était venu enregistrer ici avec son groupe. Moi, naturellement, j'étais venu l'aider. Et puis... quelqu'un avait frappé à la porte. Il a ouvert, innocemment, et un homme armé lui à tiré dessus, et est entré. Je me suis cachée, je retenu mes cris, et j'ai vu le type tuer tous les autres membres du groupe. Alors intérieurement, j'ai supplié Kira de le tuer.

    Raito: Et je l'ai tué?

    Kyora: Oui, mais mon frère était déjà mort.

    Raito: Désolé.

    Kyora: ... J'aimerais pouvoir te dire que c'est pas grave mais... Je ne pourrais pas oublier mon grand frère.

    Raito: Je sais ce que c'est de perdre un membre de la famille qui nous est cher. Mon père est mort sous mes yeux, et comme tu le sais, j'ai tué ma mère et ma s½ur. Mais... ça ne répare pas ma faute.

    Kyora: Ta faute?

    Raito: Mon but était de changer le monde, pour en faire un monde où les gens seraient heureux. J'aurais du tuer ce criminel plus tôt.

    Kyora: Ne dis pas n'importe quoi. Tu ne pouvais rien faire.

    Raito:...

    Kyora: Et je ne t'en veux pas.

    Raito: Tu es sure?

    Kyora: Certaine.

    Raito: (Sourit) Alors... Je suis soulagé.

    Kyora: (Sourit aussi) J'ai trouvé de quoi me consoler! (Elle pose sa main sur l'épaule de Raito)

    Raito:... Allons-y, maintenant...

    Ils sortirent donc, et rentrèrent chez Kyora. Mais Raito se sentait mal à l'aise. Une sensation étrange... Une sensation de danger...





    Et voilaaaaa! Alors? Qu'en pensez vous? Personellement, je kiff toujours autant écrire cette fic. Content de voir qu'il y a enfin des gens qui viennent la lire! Merci à vous! Rien que ça, ça m'encourage!

    A très bientot!

    votre commentaire
  • Yo! Et voici un nouveau chapitre solitaire (une fois n'est pas coutume). Il sera rapidement (je pense) suivit d'un autre. Bonne lecture à tous, people!





    Yuusuke: C'est bon, je peux arrêter, maintenant?

    Ryuuku: Hein? Ouais. Vas-y.

    Yuusuke: J'aimerais comprendre quelque chose.

    Ryuuku: ?

    Yuusuke: A quoi ça sert que j'imite Kira?

    Ryuuku: Pourquoi? Ça t'intéresse?

    Yuusuke: Ben... Ouais... J'aimerais savoir à quoi je sers...

    Ryuuku: -___-" Vous, les humains, n'êtes pas capables d'exécuter les ordres sans poser de questions... Soit... Si tu y tiens... Tu me sers à récupérer une Death Note qu'un Shinigami à volé.

    Yuusuke: Pourquoi a-t-il volé une Death Note?

    Ryuuku: ... J'ai pas envie de te raconter.

    Yuusuke: Tu ne m'aides pas beaucoup...

    Ryuuku: Tu n'es pas la première personne qui me dis ça...

    Yuusuke: Alors 'est que je suis pas la première personne que tu fais chier.

    Ryuuku: Mais t'es la seule que je menace de tuer si elle m'énerve.

    Yuusuke: °___°"

    Ryuuku: Alors, tu vas faire quoi, maintenant?

    Yuusuke: Allumer la télévision, et regarder le fruit de mon labeur. Si toi tu ne veux pas m'encourager, elle, elle le fera.

    Ryuuku: Tu commence à te réjouir de tes meurtres?

    Yuusuke: Ben... Je commence à m'habituer.

    Télévision: Aujourd'hui encore, les criminels meurent. On notera par exemple le décès du trop célèbre Hiroji Matoke, trafiquant d'armes et de drogues dans tous le Japon, et le reste de l'Asie. Sa renommée ayant été encore améliorée chez les membres de gangs par ses affiliations avec les Yakuzas, il a été retrouvé mort peut après le reportage qui lui avait été consacré sur cette même chaîne. C'était Mazakashi Higushi, pour Fuji TV.

    Merci à vous, Mazakashi-san. En ce qui concerne la...


    Ryuuku: Et ben voilà. Encore un mort. Si c'est pas triste...

    Yuusuke: Genre, t'es affecté. Oh la la, que t'es triste!

    Ryuuku: Hé hé! Tu as de plus en plus le profil type du tueur. C'est bien, ça. Enfin... Pas pour toi. Mais bon.

    Yuusuke: Pas pour moi?

    Ryuuku: C'est bon je plaisante! Tu manque atrocement de sens de l'humour!

    Yuusuke: Surement... Mais j'ai d'autres choses à penser...

    Ryuuku: En effet...

    Yuusuke: Bon ben... Moi, je vais me coucher. J'ai besoin de dormir. "Enfin... d'essayer..."







    Et voila! Bon, questions classiques, hein. Comment vous trouvez, qu'est-ce que je pourrais améliorer, ce que vous aimez, ce que vous aimez pas, pourquoi...

    A la prochaine, Mina-san!

    votre commentaire
  • Chapitre 33: 恐慌 (Consternation)

    Yo les gens!!! Voici le chapitre 33, paru, comme prévu, assez rapidement. (Il faut le dire...)
    Sans plus attendre, la lecture.







    Télévision: ...On notera par exemple le décès du trop célèbre Hiroji Matoke, trafiquant d'armes et de drogues dans tous le Japon, et le reste de l'Asie. Sa renommée ayant été encore améliorée chez les membres de gangs par ses affiliations avec les Yakuzas, il a été retrouvé mort peut après le reportage qui lui avait été consacré sur cette même chaîne. C'était Mazakashi...

    Kyora: C'est bizarre... Je n'ai pas tué ce type...

    Raito: Et c'est pas le premier avec qui ça fait ça...

    Kyora: ... Il ne faut pas que ça puisse nous être préjudiciable...

    Raito: Cet abruti n'a tué que des criminels dont l'identité était révélée dans les reportages des chaînes du Kantô... Il va vite être repéré...

    Kyora: Hm... Mais si Near vient enquêter ici et qu'il se rend compte de qui je suis...

    Raito: Hm... Tu as de l'argent?

    Kyora: Oui. Ça fait quelques années que j'économise en faisant des petits boulots... Pourquoi?

    Raito: Il faut que tu trouve un emploi stable le plus rapidement possible, qui te permette de continuer tes études.

    Kyora: Ça ne devrait pas être un problème... Je connais quelqu'un chez qui je vais régulièrement travailler et qui cherche un employé à mi-temps... Mais pourquoi?

    Raito: Bon. Vas le voir et demande lui...

    Kyora: (le coupe) POURQUOI ?!

    Raito: Hem... ça te permettra de te payer ton appartement. Tu es majeure, maintenant, n'est-ce pas?

    Kyora: Oui, c'est vrai. D'accord! Je comprends! Comme ça, je peux partir, et, si les meurtres continuent ici et que Near vient enquêter ici...

    Raito: Il ne pourra pas tomber sur toi.

    Kyora: J'appelle tout de suite. (Sort son téléphone)

    (Bip... Bip...)

    ...: Moshi moshi?

    Kyora: Kazamura-san? Kyora desu.

    Kazamura: Oh! Tatyoka-san! Quel plaisir de t'entendre!

    Kyora: Vous cherchez toujours quelqu'un à employer à mi-temps?

    Kazamura: Ē. Tu es intéressée?

    Kyora: Hai.

    Kazamura: Et bien... Vient demain. Nous verrons ça.

    Kyora: Hai. Dōmo arigatō (merci beaucoup), Kazamura-san. Mata ashita. (A demain).

    Kazamura: Mata ashita!

    Raito: Parfait. Il y a juste un détail qui cloche...

    Kyora: Oui?

    Raito: Comment ça se fait qu'en cours, tout le monde t'appelle Tatyoka, alors que ton nom est Hugayo? C'est celui que tu m'as donné, et c'est aussi celui que je vois au dessus de ta tête. Alors pourquoi ne révèle tu pas ton vrai nom?

    Kyora: ... C'est une histoire si vide d'intérêt...

    Raito: Je suis prêt à écouter. Raconte.

    Kyora: ... En fait, ça à commencé il y a cinq ans...












    Et voila! Prochain chapitre: l'histoire du nom de Kyora! A la prochaine (et le plus tôt possible!)


    Ja mata ne, Mina-san! (A bientôt, les gens!)

    votre commentaire
  • Chapitre 34: 遺事 (Souvenirs)

    Yo les gens! Voici un nouveau chapitre! Je vous laisse découvrir!


    (POV Kyora)

    Un homme était venu me voir. Il était grand, assez costaud, et il devait avoir la quarantaine. Il ne m'avait pas l'air sympathique, mais quand quelqu'un d'aussi grand vient dire quelque chose, on ne peut que l'écouter. C'est donc ce que j'ai fait. Il m'a regardé tout d'abord, puis m'a demandé mon nom. Je n'ai pas répondu. Puis il m'a demandé si c'était bien moi, Hugayo Kyora. J'ai fait un signe affirmatif, ce qui a semblé lui suffire. Il est retourné dans sa voiture, une grande voiture noire, avec un chauffeur. Ça m'avait paru bizarre, mais je n'avais pas gardé cette histoire en tête.

    Le temps que je rentre chez moi, il s'était passé quelque chose. J'ai ouvert la porte, et tout de suite, je l'avait comprit. D'abord parce que la télé était allumée sans personne pour la regarder. Otōsan' regardait souvent la télé, mais ne supportait pas qu'elle reste allumée toute seule. Okasan' ne pouvait pas encore être rentrée du travail. Quelque chose avait dérangé mon père.

    Je n'avais fait aucun bruit, étant assez discrète par nature. J'entendis des pas, en haut, et, en me concentrant, j'entendis aussi des voix. L'une d'elle était celle de Otōsan', mais la deuxième, je n'aurait pas pu dire à qui elle appartenait. La voix se mit à crier. Otōsan' ne parla pas plus fort. Je ne compris rien à ce qui se passait. Alors que je m'apprêtait à crier pour dire que j'étais rentrée, en espérant que ça calmerait le jeu, j'entendis et comprit enfin la dernière chose que la voix cria.

    La voix: Shinu! (Meurs!)

    S'en suivit un coup de feu. Effrayée, je me cachai sous l'escalier. L'homme fit quelque pas, puis descendit les escaliers et sortit. Lui ne m'avait pas vu, mais moi, si. C'était l'homme qui m'avait interpelée. Je suis montée, en courant, et j'ai vu Otōsan', étendu par terre, avec une tache de sang sur la chemise. Il n'était pas mort, la balle était passé près du c½ur mais ne l'avait pas touché. J'ai appelé les urgences, elles sont arrivées, elles l'ont emporté.

    Le lendemain, je n'ai pas été à l'école. J'ai passé ma journée à l'hôpital. Otōsan' n'allait pas bien. Il avait beau vivre, il n'allait pas bien. Il ne bougeait et ne parlait presque pas. Quand Okasan' est parti travailler, il m'a regardé, et m'a demandé tout doucement si je connaissait l'homme qui lui avait tiré dessus. Je lui ai répondu que oui, que je l'avais vu la veille et qu'il m'avait demandé qui j'étais, et m'avait donné mon nom en me demandant si c'était bien moi, et que j'avais répondu que oui.

    Otōsan': Kuzo... Kuzo! TIE KUZO!!!

    Moi: Nan de? (Quoi?)

    Otōsan': Cet homme... C'est un type qui travaille... Pour AKP...

    Moi: AKP?

    Otōsan': Anti Kira Power... Une organisation créée... dans le stupide but de... faire des crimes... pour se moquer de Kira... Ils choisissent des gens... Ils les tuent... ou les tortures...

    Moi: Demo... Nan desu ka. (Mais... Pourquoi?)

    Otōsan': ?

    Moi: Pourquoi toi?

    Otōsan': Je suis père... Ils voulaient te faire du mal... autant qu'à moi...

    J'ai compris à ce moment que s'il m'avait demandé mon nom, c'était juste pour savoir si Otōsan' était une bonne cible. Et je lui avait dit que oui. À cause de moi, il s'était fait tiré dessus. Je suis sortie de l'hôpital le soir, alors qu'il faisait déjà nuit. Je m'étais à peine éloigné d'une centaine de mètres qu'une détonation s'est faite entendre, accompagnée d'une grande lumière. Je me suis retournée, et j'ai vu que l'étage où se trouvait mon père venait d'exploser. Il était mort. Il était mort à cause de moi, à cause de mon prénom.

    (Fin POV Kyora.)


    Kyora s'allongea sur son lit, fixant le plafond. Raito sourit. C'était vraiment une humaine mystérieuse.

    Raito: "Son histoire est bizarre, mais peut être vrai. J'ai entendu parler de cette organisation, la AKP... J'ai d'ailleurs connu tous ses membres connus... Mais je suis certain qu'elle a beaucoup d'autres mystères... Tiens? Elle s'est endormie, une larme sur le coin de l'½il... Qu'est-ce que je vais faire? Tiens... Je mangerais bien une petite pomme..."

    votre commentaire
  • Yo les gens! Voici un nouveau chapitre! Cette fois ci, le chapitre est (un peu) plus long. (5 pages xD) Je pense que je vais tous les faire plus longs, maintenant... Bonne lecture à tous!



    Le lendemain, quand Kyora se leva, son Shinigami était assis par terre, les yeux grands ouverts, et ne bougeait pas. Elle passa devant lui, et il ne réagit pas. Alors elle partit prendre sa douche. Lorsqu'elle revint, Raito était debout, et il mangeait tranquillement une pomme.

    Kyora: Qu'est-ce qui t'arrivais tout à l'heure? T'avais l'air en bade complète...

    Raito: Oui, dormir, on appelle ça.

    Kyora: Tous les shinigamis dorment ainsi?

    Raito: Oui, à peu près. Enfin, tous n'ont pas la même forme corporel que moi... Mais en règle générale, oui.

    Kyora: Bon. Tu comptes faire quelque chose pendant les cours?

    Raito: Oui. J'ai une visite à rendre à quelqu'un. Je te rejoindrais pour ton entretien.

    Kyora: Hai! Ja mata ne. (A plus tard)

    Kyora finit de se préparer, et partit en cours. Raito, quand à lui, laissa pousser ses ailes, et sortit, par le mur. Il monta, monta, monta, jusqu'à se retrouver à plusieurs centaines de mètres du sol. Il partit en direction de l'est, c'est à dire vers les USA. Connaissant parfaitement son affaire, il s'arrangea pour trouver deux pommes dans un étalage, sans que personne ne remarque que des fruits volaient à un peu plus d'un mètre du sol, et, après avoir, et ce fut fait en un instant, retrouvé L, il se dirigea vers la fenêtre de la chambre du SPK. Il y passa la tête et appela L. En voyant les pommes, ce dernier s'excusa auprès de Near et lui dit qu'il devait partir un instant. Ils s'éloignèrent un peu, et s'installèrent sur le toit d'un immeuble, après quoi, Raito tendit la pomme à L.

    Raito: (Le bras tendu vers L) Tiens. C'est pour toi.

    L: (Prend la pomme) Besoin de négocier?

    Raito: Pourquoi ça?

    L: (Montre la pomme du doigt) Pourquoi ça, surtout.

    Raito: Petit réflexe. Et besoin de négocier...

    L: Bien. Alors?

    Raito: J'aimerais passer un marcher avec toi.

    L: ?

    Raito: Notre but est d'avoir une revanche, n'est-ce pas?

    L: Oui. (Crunch)

    Raito: Ce qui signifie que nos humains devront se rencontrer, pour que l'un des deux tue ou arrête l'autre.

    L: Oui... (Crunch)

    Raito: Alors voilà. Je voulais m'assurer que ce serait un combat à la loyale.

    L: Dans quel sens? (Finit la pomme)

    Raito: Tant que tu ne tueras pas mon humaine, je ne tuerai pas Near.

    L: (Rire étrange) Hrya hrya hrya... (Tousse à cause de la pomme)

    Raito: Qu-qu'est-ce qu'il y a?

    L: Je crois que j'ai oublié de te parler de ça! Cette règle qui dit que si un humain possède un Death Note, le seul Shinigami capable de le tuer est celui à qui appartient le Death Note. Je ne peux pas tuer ta Kyora, car oui, j'ai vu qui elle était, et tu ne peux pas tuer Near. Mais pour ce qui est du combat à la loyale, je suis d'accord avec toi.

    Raito: ?

    L: Ni toi ni moi ne donnerons l'adresse ou quoi que ce soit d'autre comme indice sur nos adversaires respectifs.

    Raito: En tout cas, c'est ce que nous sommes sensé nous faire croire...

    L: ... Oui.

    Raito: Le L menteur que j'ai connu a changé, mais a toujours le même fond... Essaye au moins de respecter les lois des Shinigamis. Sinon, favoris ou pas, je ne pense pas que notre roi te laissera en vie...

    L: Je sais. C'est tout ce que tu voulais?

    Raito: Oui.

    L: Très bien. (Commence à s'envoler) Au fait! Dalil Guillohrta est venu me dire quelque chose.

    Raito: Dalil Guilhorta?

    L: Le bras droit d'Armonia "le Grand Décideur"...

    Raito: Ah, oui. Et que t'a-t-il dit?

    L: Que le roi souhaitait que l'histoire soit vite réglée, et qu'il nous surveillait intensément.

    Raito: Alors pas de débordements possibles... Si Armonia venait à avoir quelque chose à raconter au parfait "Roi de la Mort"...

    L: Rien ne sert d'y penser, si tu es honnête...

    Raito: A peu près autant que toi. Tenons nous donc sur nos gardes (Ouvre ses ailes)

    L: Tu mangeras ta pomme?

    Raito: Mort comme vivant, tu passes ton temps à manger!

    Il cria ces mots de loin, avant de lancer la pomme en question. L l'attrapa et l'avala d'un coup, avant de retourner travailler. Raito retourna vers le Kantô, et retrouva son humaine. Elle venait de sortir des cours. Ils marchèrent donc en silence vers la maison de Kyora. Ils montèrent dans sa chambre, et Kyora enleva son uniforme d'écolière pour un habit plus classique: chemisette blanche, et jupe noire. Elle rassembla ses cheveux en une unique tresse, qu'elle fit tomber sur son épaule droite. Ils lui arrivaient donc juste au niveau de la poitrine, et ça lui allait très bien.

    Kyora: Quelle heure est-il?

    Raito: Nous avons un quart d'heure pour y aller.

    Kyora: Comme d'habitude, je serais juste à l'heure...


    Elle déchira une page de Death Note, qu'elle glissa dans une poche discrète de son haut, laissa un mot (sur du papier normal) pour sa mère, et se mit en route. Ils arrivèrent au bout de dix minutes. Le rendez vous avec Kazamura ne tarda pas à commencer, ni à se terminer, avec un emploi à mi-temps dans le restaurant pour la jeune fille, qui fut invitée à prendre son service dès l'instant. Elle sourit. Elle avait réussi à l'influencer pour gagner presque autant qu'une employée à temps complet.

    Raito: "Encore plus manipulatrice que moi... Elle est vraiment forte..."

    Kyora: Vous voulez commander?

    Client: Et bien... Je ne sais pas trop quoi prendre... Je ne suis jamais venu ici... Vous sauriez me conseiller?

    Kyora: Bien sur! Si vous aimez la cuisine traditionnelle, notre chef fait d'excellents Sushis avec du wasabi maison. Il propose aussi une recette de nouilles chaudes à base de crevettes fraichement importées de France. Ce sont ses deux spécialités. Mais le reste est excellent aussi. N'hésitez pas à prendre autre chose!

    Client: Et bien... Je crois que je vais gouter vos nouilles alors.

    Kyora: Excellent choix, monsieur. Le sake est offert par la maison.

    Raito: "On dirait qu'elle fait ça depuis toujours..."


    Le service se passa parfaitement bien. Il fut un peu éprouvant, mais suffisamment peu pour rentrer à la maison à pied, malgré la proposition de son patron qui possédait sa propre voiture. La raison était simple, parler avec Raito était nettement plus intéressant que de repousser sans cesses les différentes avances de Kazamura... Aussi elle marcha, suivie par le Shinigami, qui volait à côté d'elle.

    Raito: Il n'y a personne.

    Kyora: (Soupir de soulagement) Enfin tranquille. Kazamura est un baka complet...

    Raito: Je n'avais jamais vu quelqu'un offrir 1170 yens de l'heure (Environ 8 euros 50) à une employée débutante...

    Kyora: Normal... La seule chose que je n'aime vraiment pas, c'est sa manière de regarder ma jupe...

    Raito: Quel voyeur... Il me rappelle L...

    Kyora: Hein?

    Raito: Bof... Laisse tomber.

    Ils finirent par arriver. Sa mère était, bien entendu, rentrée, et elle était affalée sur une chaise d'aspect très inconfortable, la tête penchée en avant, surement endormie en attendant sa fille.

    Kyora: Okasan'? (La secoue un peu)

    Sa mère: Hm? Oh! Kyora! Je... J'ai du m'assoupir... Comment c'est passé ta première soirée de travail?

    Kyora: C'était très bien. Kazamura-san a été très sympathique. Il m'a offert 600 yens de l'heure. (Environ 4¤)

    Sa mère: Ah! Je suis fière de toi, ma fille. Tu commences à prendre ta vie en main!

    Kyora: Hai. Demo... Je pense que je vais bientôt partir...

    Sa mère: Encore? Tu avais quelque chose de prévu après le travail?

    Kyora: Iie... Je voulais dire partir... de la maison...

    Sa mère: ...

    Kyora: Tu... Tu peux comprendre, non?

    Sa mère: ... Hai. Tu as raison. Tu le peux maintenant. Je pense que tu es assez mature...

    Kyora: Okasan... (La prend dans ses bras) Je t'aime... (Sourire) "J'ai réussi... Pas de problèmes de ce côté là... Prochaine étape, trouver l'appartement parfait...

    Raito: "Elle a encore parfaitement manipulé sa mère... Je vais finir par croire que je suis aussi manipulé..."

    Après quelques instants, Kyora finit par remonter dans sa chambre. Elle s'assit sur son futon, et réfléchit un instant. Puis elle se rappela de quelque chose... Elle regarda l'heure. 23H20. Après tout, même s'il dormait, il devrait venir. Elle attrapa son téléphone et composa le numéro.

    ...: Biiiiip Biiiiiip... (petit grésillement) Moshi moshi?

    Kyora: Ano... Nahari?

    ...: Ah... tu es Kyora?

    Kyora: Hai.

    ...: Je suis la mère de Nahari. Il ne sort plus de sa chambre depuis qu'il est venu chez toi.

    -----
    -----

    La mère: Je ne sais pas ce qu'il a...

    Kyora: Ano... Moi non plus... Je peux lui parler?

    La mère: Je vais voir. (Marche et frappe à la porte) Nahari?

    Nahari: (Voix faible) Qu... Qu'est-ce qu'il y a?

    La mère: Un appel pour toi. (Commence à ouvrir la porte)

    Nahari: Non! N'ouvre pas la porte!

    La mère: Hein? Pourquoi?

    Nahari: Pose le téléphone devant la porte et part... S'il te plait...

    La mère: ... D'accord... (Au téléphone) Il va bientôt répondre.

    Kyora: Arigatō, Kuhatsu-san.

    ...

    Nahari: M-Moshi-moshi?

    Kyora: Kyora desu. Viens chez moi immédiatement.

    Nahari: Ano... Hai!

    -----
    -----

    Kyora: Et fais vite. (Raccroche) J'adore avoir l'air autoritaire...

    Raito: C'est un sentiment très agréable en effet... Il vient de passer. Je vais l'appeler avant que cet abruti ne sonne...




    Et voilà! Alors, votre avis?

    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique