• Yo! Et après toute cette attente, après tout ce suspens, voici un nouveau chapitre ^o^ Euh... Pourquoi cet air en colère? Bah quoi, ça fait que.......... un mois ^^'''''''' (évite les tirs) Aaah! Ok! Ok! Je lance le chapitre >_<

    Bonne lecture à tous!
    (Et désolé pour le petit délire pourri de ce début de chapitre u_u'')







    Uindoko: Non!

    Elle s'interposa entre lui et Johan, et, du coup, reçut le sceau à sa place. Elle s'évanouit, sous les yeux ébahis des autres. Seule Aimaru n'était pas étonnée. Elle resta impassible, comme à son habitude. Ce ne fut pas le cas de Seishun.

    Seishun: Uindoko-chan!

    Neji: Qu'est-ce qui lui a prit?

    Sakura: Et toi, t'as même pas été capable de l'éviter!

    Sasuke: ... C'est pas ma faute si elle est aussi rapide que moi...

    Shikamaru: Si elle s'est interposée, c'est qu'elle a une bonne raison.

    Sasuke: Mais laquelle?

    Sakura: Ben là, ça va être compliqué pour lui faire dire...

    Shikamaru: C'est clair...

    Johan: ... Elle, au moins, avait compris... Si tu désactivais le sceau que tu lui a fait, ça pourrait être bien, je pense.

    Sasuke: (Soupire) Tu ne perds rien pour attendre.

    Johan: Tu comptes me sceller quand même?

    Sasuke: Bien sur.

    Johan: Si tu me scelles, et que Uindoko a des arguments, tu aura gaspillé encore plus de chakra...

    Aimaru: Il a pas tort... Réveille Uindoko, et faisons le test.


    Sasuke soupira encore, activa son Sharingan, prit Johan dans un Genjutsu qui l'empêchait de bouger, et désactiva le sceau. Uindoko se réveilla, un peu étourdie par l'absence momentanée de sa conscience. Sasuke s'excusa et l'aida à se relever.

    Sasuke: J'aimerais que tu nous dise pourquoi tu t'es interposée.

    Uindoko: ... Ano... Je sais qu'il est de notre côté.

    Sasuke: Et comment le sais tu?

    Uindoko: Je le lui ai demandé. N'oublie pas que je suis issue aussi du clan Yamanaka, et que je sais donc obtenir les informations de manière sure.

    Sasuke: Donc tu es certaine qu'il est de notre côté?

    Uindoko: Je peux vous le montrer, si vous le voulez.

    Neji: J'aimerais le voir.

    Uindoko: Très bien. Zetsutaiteki Shinri no Jutsu!

    Sasuke: Es tu de notre côté, Johan?

    Johan: Oui.

    Uindoko: Il ne ment pas. Je le sens.

    Sasuke: Comment sais tu toutes ses choses sur vous?

    Johan: Vous n'êtes pas en mesure de comprendre.

    Uindoko: Il dit toujours la vérité.

    Sasuke: Et pourquoi pas?

    Johan: C'est une vérité qui dépasse l'entendement, qui ne peut pas être assimilée par n'importe qui.

    Uindoko: Il ne ment toujours pas.

    Sasuke: Alors...

    Shikamaru: (Le coupe) Je pense que tu n'as pas besoin de plus d'informations, et que celles que tu n'as pas ne te sont pas indispensable. S'il est avec nous, il nous aidera, comme il l'a fait pour Sakura.

    Sasuke: ... Très bien. Tu peux arrêter ton Jutsu, Uindoko.

    Johan: Désolé d'être une telle source de confusion, Sasuke-sensei... Mais vous comprendrez en temps voulu.

    Seishun: Johan-san...

    Johan remarqua qu'il avait toujours cette petite lumière d'admiration dans le regard, ce petit quelque chose qui nous fait nous sentir fort. Comme quoi, il y a bien quelqu'un qui nous admire... Ce fut précisément ce que ressentit Johan. L'admiration de Seishun, la confiance de Uindoko, la maturité et l'acceptation de la vérité d'Aimaru, tout ceci le rendait imperceptiblement, mais indubitablement fier.

    "Johan! Eh! On arrive!"

    Il ouvrit les yeux, secoua la tête, et constata qu'ils venaient d'arriver devant le stade. Il regarda à gauche. Il descendit avec les autres, sauta un peu pour se dégourdir les jambes, et attrapa son sac. Ils entrèrent, et furent surpris en voyant le terrain. Il était juste magnifique. Un parquet parfait, sans la moindre poussière, sans le moindre creux, avec des paniers tout aussi propres et en bon état. Ils posèrent leurs affaires dans les vestiaires de l'équipe de France, qui n'était pas encore arrivée. Logique, puisque le match n'aurait lieu que plus tard. Ils sortirent, et allèrent manger dans un petit restaurant, pas très loin. Chacun mangea à sa faim, spécialement des féculents, histoire de pouvoir tenir leur show. Il leur fallait attendre une heure et demie que le match commence. Juste le temps de prendre les repères sur le terrain, avec quelques petites acrobaties. Ils retournèrent donc sur le terrain, se changèrent, installèrent les trampolines, s'échauffèrent, et commencèrent leurs sauts. Quelques dunks plus tard, ils s'étaient habitués au terrain. Ils remballaient tout, pendant que les gradins commençaient à se remplir.

    "On peut dire que ça va faire un sacré public...
    -J'avoue, acquiesça Johan. On a intérêt à cartonner.
    -Vous en faites pas, ajouta le coach. Vous êtes au point. Vous allez faire un malheur!
    -Ouais, et le mix est génial! Ça peut être que classe!"

    Ils s'installèrent dans les gradins, pendant que l'échauffement des deux équipes commençait. Les joueurs étaient vraiment plus grands quand on les voyait en vrai... Et l'équipe de France n'avait, visiblement, rien à envier aux américains. Ils étaient tous excellent. La plupart étaient adroits, ceux qui ne l'étaient pas particulièrement étaient rapides, et dans tous les cas, ils étaient gigantesques. Le match commença. Les américains récupérèrent la balle dès l'entre-deux, et, la défense française s'étant instantanément mise en place, ils entamèrent une attaque construite. Un jeu technique assez incroyable se déroulait sous leurs yeux. Des passes à des endroits insoupçonnés, des positions de défense relativement incongrues, mais d'une efficacité indéniable.

    Petit-à-petit, les américains prirent le dessus, profitant de contre-attaques. Leur condition physique était peut-être meilleure... Toujours est-il qu'au bout du deuxième quart-temps, ils avaient 16 points d'avance. Pendant que les joueurs terminaient, Taka Dunk commença son échauffement. Le coup de buzzer annonçant la mi-temps retentit, comme un top départ. Ils installèrent les trampolines, et la musique fut lancée. Le show commença avec une figure commune. Clap, clap, passe, clap, dunk. Réussit. Le public commença déjà à applaudir. Johan se lança, suivit par un équipier. Il sauta, salto-clap, dunk. Parfait. Un autre court, saute, s'allonge en l'air, dunk. Superman réussit...

    Pendant un peu plus de 5 minutes, les dunks s'enchainèrent (\Un peu comme ça/). Pas un seul raté. C'était le moment du dernier dunk, par Johan. Les autres mettaient un peu l'ambiance, avec des flip-flaps. Lui, il était essouflé... Il avait prévu une figure, mais... Il n'aurait surement pas assez d'énergie pour la faire. Pourtant, il ne pouvait pas se permettre un raté. Il se lança. L'échec était interdit. Il sauta. Il fallait qu'il réussisse. Au moment même où il pensait ça, il sentit une montée d'adrénaline. Il y arriverait. Il rebondit sur le trampoline, fit deux vrilles en s'allongeant, et enfonça le ballon dans le panier, suivit par la moitié de son bras, avant de s'accrocher, et de se laisser tomber. Lui qui n'avait prévu de faire qu'une simple vrille, il avait encore mieux réussi que ce qu'il espérait. Taka Dunk lui sauta dessus, et, ensemble, ils saluèrent le public, qui s'était levé, et qui applaudissait et criait. Cette fois-ci, ils avaient vraiment fait un malheur. Ils rangèrent rapidement leurs affaires, pendant que les joueurs revenaient sur le terrain. Ils s'assirent sur le banc, épuisés.

    "On a assuré, dit Johan avec enthousiasme!
    -Ouais! La prochaine on la réussit pareil!
    -Obligé!
    -Eh! Johan! C'était quoi ce superman en double vrille, là? C'était géant!
    -Je dois avouer que je me suis étonné moi même, répondit-il un peu gêné.
    -Ben t'sais quoi? Quand tu veux tu t'étonnes comme ça! Ça fait du bien aux affaires, intervint le coach. J'ai déjà trois demandes de shows supplémentaires."

    Johan sourit. Ce show, il en avait rêvé. Enfin, pas récemment (ça lui aurait été difficile), mais depuis le temps que c'était prévu, il avait eu le temps d'y penser, et d'imaginer tous les mauvais scénarios possibles et imaginables. Aucuns d'eux ne s'étaient réalisés. Au contraire. Prestation largement satisfaisante... Mais pour le moins éprouvante. Il s'excusa et dit qu'il lui fallait se reposer un peu. Il retourna dans les vestiaires, se changea, et s'appuya contre le mur. Il ouvrit son sac, et sortit son manga. Pas question de dormir avant d'avoir dessiné une autre page. Il le fit et se coucha. Ses yeux se fermèrent, et...


    Sasuke: Bon, on y va.

    Neji: Yosh! Byakugan!

    Johan profita de la recherche d'informations de Neji pour se réhabituer à cet autre monde.

    Neji: Ils ne sont pas beaucoup... Je crois qu'ils parlent, mais je n'arrive pas à les entendre, les murs sont trop épais. Mais leurs yeux dégagent une aura particulier... C'est bien le Menoyukai. Mais... Il n'est pas tout à fait pareil que celui d'Aimaru. D'abord ils l'ont aux deux yeux, et ensuite, au lieu des espèces de vagues, c'est comme s'il était enfermé...

    Sakura: Euh... C'est à dire?

    Johan: Comme ça.

    Il prit un bout de bois et traça sur le sol le symbole. Aimaru le regarda avec étonnement. C'était vrai qu'il ressemblait au sien... Elle fut, momentanément, troublée. Neji s'en aperçut, et la questionna en pensées.

    Neji: "Tu vas bien? Qu'est-ce qui se passe?"

    Aimaru: "Je... J'ai déjà vu ces yeux..."

    Neji: (Surpris) "Vraiment?"

    Aimaru: "Mon œil était pareil, avant que... Enfin, avant que je ne sois 'terminée' par Orochimaru..."

    Neji continuait d'observer la scène. Il y avait des machines un peu partout dans les bâtiments, avec des hommes qui ressemblaient étrangement aux Ai qu'ils avaient déjà croisés. Ils baignaient dans un liquide d'un bleu fluorescent. En bas de chaque "bocal", une note était écrite.

    "Ai de type:"

    Et des noms qui lui semblaient étrangers. Il y en avait facilement une trentaine. Il tenta de comprendre les noms. Mako... Kubai... Tachiyo... Kuzaikan'... Tebero... Rien qui ne lui soit familier. Que des appellations sans signification pour lui.

    Johan: Quelqu'un arrive. Par derrière.

    Sasuke: Neji et Aimaru l'auraient entendu...

    Aimaru se retourna. Non, elle n'avait rien entendu. Mais si Johan avait dit la vérité, il devait y avoir quelque chose.

    Aimaru: Neton, Uindo Kōtō no Jutsu! (Technique de son: La Réponse du vent)

    Elle émit une espèce de sifflement, qui venait non pas de ses lèvres mais de sa gorge. Puis elle attrapa un de ses shurikens à deux lames, et le lança en direction d'un arbre. Il se planta dedans, non sans qu'on aie entendu un cri de douleur. Un homme, de carrure faible, se tenait l'épaule, agenouillé sur le sol. Du sang passait entre ses doigts, preuve de l'efficacité de l'étrange arme de la rousse.

    Homme: C-Comment...

    Sasuke: (étonné) C'est à nous de poser les questions. Comment savais-tu que nous étions ici?

    Homme:...

    Sasuke: (feint de se mettre en colère, sort son katana) Parle!

    Homme:... (S'effondre)

    Neji: Trop tard.

    Sakura: C'était aussi un Ai?

    Neji: Si j'en crois sa carrure, il fait partie des Ai de type Zekutai. D'après les tests que j'ai pu voir, ils maitrisent le camouflage visuel et sonore mieux que qui que ce soit.

    Johan: Ils vont continuer à en construire, et lorsque cette armée sera créée...

    Shikamaru: Ils n'auront aucun mal pour prendre le monde en otage.

    Sasuke: Kuchiyose no Jutsu!

    (Pouf)

    Serpent: Ksss....

    Sasuke: Tu vas transmettre un message à l'Hokage. Dis lui de contacter tous les pays pour qu'ils rassemblent leurs forces armées. Menace sérieuse pour le monde. Compris?

    Serpent: Ksssssss.

    (Pouf)

    Sasuke commençait à s'inquiéter. Il ne savait pas s'il serait à la hauteur de sa mission. Il s'agissait à la base d'éviter une Grande Guerre supplémentaire, maintenant, il s'agissait de la déclencher avant les autres, de peur d'être surpassés en nombre et en puissance. Un peu paniqué, mais essayant de se contrôler, il se tourna vers Shikamaru.

    Sasuke: Qu'est-ce que tu penses qu'on doit faire?

    Shikamaru: Il y a deux solutions. Soit on se lance à l'assaut maintenant, et on meurt, et avec un peu de chance, ça aura suffit pour ralentir la production de guerriers et sauver le monde ninja, soit on attend les renforts en prenant le risque que leur armée soit prête à leur arrivée.

    Johan: Ou alors, vous attendez Naruto et Gōryoku, et vous suivez mes conseils.

    Neji: Tu es un gentil garçon, Johan, mais là, on parle de guerre. Et la guerre, ce n'est pas un jeu stupide.

    Uindoko: Mais t'es complètement stupide, Neji-san! Tu vois pas que c'est le seul qui peut nous donner une chance?

    Neji: Il ne sait même pas ce que signifie se battre! Alors non, je ne vois pas qu'il peut nous donner une chance!

    Sasuke: Taisez-vous! Ce n'est pas vous engueuler qui nous fera avancer...

    Sakura: (A Neji) Et puis, est-ce qu'on a le choix? On a pas d'autre solutions.

    Shikamaru: (A Johan) Petit... On te fait confiance!




    Et voilà! On se rapproche de quelque chose d'intéressant quand même ^^ Vous m'excusez d'avoir mit si longtemps =D Non? Ok...

    Je vous promets rien, mais je vais essayer d'écrire la suite sous peu. Le prenez pas pour acquis ^^'''

    Tchous', Mina-chan!


    Pix: Les deux versions du Menoyukai. Traduction des notes: Aimaru no Menoyukai: Menoyukai d'Aimaru et Ai senshi no fuzen Menoyukai: Menoyukai incomplet des guerriers Ai.



    PS: N'hésitez pas à commenter ^^

    Chapitre 13: 最終希望 (Saishū kibō = Dernier espoir)


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires